Les milices du RPT/UNIR ont renversé un camion transportant les militants de l’opposition et fait plusieurs blessés graves 3 décembre 2017

Les milices du RPT/UNIR ont renversé un camion transportant les militants de l’opposition et fait plusieurs blessés graves 3 décembre 2017
Les milices du RPT/UNIR ont renversé un camion transportant les militants de l’opposition et fait plusieurs blessés graves, ce samedi 02 Décembre

Par Serge Lemask, togo-online.co.uk

Si la manifestation a été pacifique et s’est bien déroulée jusqu’au point de chute où des communications et informations ont été livrées par les responsables de la coalition au peuple, le chemin de retour a été très mouvementé.

Vers Adéwui, les milices du RPT/UNIR ont renversé un camion avec à bord plusieurs dizaines de militants de l’opposition. On dénombre plusieurs blessés graves évacué par des sapeurs pompiers au centre hospitalier universitaire de Tokoin.

L’on ignore les raisons pour lesquelles ces milices qui ont été démasqués et contraints à cesser les violences sont de retour et avec des méthodes barbares. Il convient à la Communauté internationale de prendre ses responsabilité pour mettre hors d’Etat de nuire, ce régime cinquantenaire, dictatorial, barbare et sanguinaire et cette armée partisane qui inflige des traitements inhumains et dégradants aux citoyens et citoyennes du Togo.

Lire aussi : Togo : Attaque du convoi de l’opposition à 3K et Atikoumé par la garde présidentielle

Agoè et ses environs sont quadrillés par les militaires à l’image de leur prouesse réalisée à Mango, Bafilo et Sokodé. Nombreux sont les militants de l’opposition qui n’ont pas pu retourner à leur domicile dans cette zone Etat de siège ce samedi.

Il est déplorable de constater qu’au moment où Faure Gnassingbé et ses sbires parlent de mesures d’apaisement, l’on assiste encore à ces tristes scènes barbares qui en réalité ne répondent qu’à la volonté de casser la mobilisation pour permettre le règne sans fin des Gnassingbé. L’Union Africaine et la CEDEAO ne doivent pas rester les bras croisés et indifférents face à ces violences militaires qui n’augurent pas un lendemain meilleur et ne garantissent pas la paix au Togo et dans la sous-région.

Depuis le 19 août, plus de 600 Togolais ont franchi les frontières du Ghana et du Bénin pour y trouver un refuge ; suite aux exactions militaires.

Togo-Online.co.uk

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.