Les gouvernements doivent protéger les défenseurs des droits de l’homme emprisonnés à la suite de procès fictifs.

L’Irlande doit s’exprimer sur l’équité des procès pour les défenseurs des droits de l’homme tels qu’Abdulhadi Al-Khawaja, l’un des prisonniers les plus médiatisés de Bahreïn.

La Journée internationale du procès équitable est l’une de ces choses que nous ne devrions pas avoir besoin de marquer – tout le monde a droit à un procès équitable – mais trop de personnes, souvent des défenseurs des droits humains (DDH), sont coincées en prison après des procès fictifs.

En 2011, j’ai assisté au procès du défenseur des droits humains Abdulhadi Al-Khawaja au Bahreïn. J’avais travaillé avec lui à Dublin pendant des années lorsque j’étais directeur de Front Line Defenders et je le connaissais bien. C’est un éminent défenseur des droits humains, connu internationalement pour ses actions pacifiques en faveur des droits humains.

Des diplomates de diverses ambassades ont également assisté à son procès. Bien que civil, il a été jugé par des militaires. Il a été torturé et n’a pas été autorisé à se défendre correctement. J’ai essayé de lui parler pendant quelques minutes à la fin de la journée au tribunal, mais je n’ai pas été autorisé à le faire.

Il a été condamné à la prison à vie et reste en prison. Il fait partie des nombreux défenseurs des droits humains qui purgent de longues peines d’emprisonnement pour leur action pacifique en faveur des droits humains. Certains sont en prison depuis des années sans avoir eu le moindre procès.

Abdoul Aziz Goma, ressortissant irlandais et défenseur des droits humains, a été emprisonné au Togo en décembre 2018 alors qu’il était en visite dans le pays, et il n’a pas été autorisé à voir un avocat depuis. Il a été arrêté après avoir proposé un lieu d’hébergement à des manifestants à la suite d’une manifestation.

Il dit avoir été torturé en détention, et est maintenant confiné à un fauteuil roulant. Il est à craindre qu’il ne bénéficie jamais d’un procès équitable. Il doit être immédiatement libéré et envoyé en Irlande où il pourra recevoir le traitement médical dont il a besoin.

Des centaines de défenseurs des droits humains à travers le monde purgent de longues peines de prison après avoir été condamnés sur la base d’accusations fabriquées de toutes pièces à l’issue de procès inéquitables.
Certains sont torturés pour faire de faux aveux ou sont condamnés lors de procès collectifs, souvent sous le prétexte de la sécurité nationale ou de la législation antiterroriste.

Nous constatons ce phénomène dans de nombreux endroits, pas seulement dans un pays ou sur un continent. Mon dernier rapport à l’Assemblée générale des Nations unies, en octobre 2021, portait sur la question des défenseurs des droits humains condamnés ou susceptibles d’être condamnés à 10 ans de détention ou plus.

Lorsque j’aborde la question des procès inéquitables avec des représentants de divers gouvernements, ils disent souvent qu’ils ne peuvent pas interférer avec les « processus judiciaires indépendants » de leur pays.

Si je respecte le principe de l’indépendance de la justice, lorsqu’un système de justice pénale ne respecte pas les normes internationales et est utilisé pour emprisonner injustement des défenseurs des droits humains, mon mandat m’oblige à agir.

Le silence face à des procès inéquitables encourage et permet cette pratique.

Souvent, les gouvernements envoient des observateurs aux procès très médiatisés des défenseurs des droits humains, comme ils l’ont fait avec Abdulhadi Al Khawaja.

L’étiquette diplomatique actuelle veut qu’en envoyant un représentant pour observer le procès, les ambassades envoient un message au tribunal indiquant qu’elles suivent de près ce qui se passe lors des audiences.

Si cela peut être utile en soi, cela peut aussi être considéré comme un consentement à un processus inéquitable.

Ainsi, lorsqu’un observateur représentant le gouvernement irlandais assiste au procès d’un défenseur des droits humains et constate qu’il montre des signes de torture, ou que son avocat n’est pas autorisé à présenter une défense adéquate, ou qu’il y a toute autre indication claire que le procès est inéquitable, l’observateur doit le faire savoir clairement.

Les ambassades irlandaises, toutes les ambassades, avec le consentement du défenseur en procès, devraient adopter une politique de « Voir quelque chose, dire quelque chose » si elles sont témoins de la violation des droits de l’homme que constitue un procès inéquitable.

Si Abdoul Aziz Goma est finalement jugé au Togo au lieu d’être immédiatement libéré, le gouvernement irlandais devrait envoyer un haut fonctionnaire pour observer les procédures, et il devrait dire publiquement si ce dont il a été témoin au tribunal était équitable ou non.

Mercredi, cela fera 11 ans qu’Abdulhadi Al Khawaja a été condamné à la prison à vie après son procès bidon.
Il est citoyen danois et, compte tenu de ses liens de longue date avec l’Irlande, le gouvernement irlandais devrait collaborer avec le gouvernement danois et le représentant spécial de l’UE pour les droits de l’homme, Eamon Gilmore, afin de mettre en place une stratégie commune pour plaider en faveur de sa libération.

Par Mary Lawlor, Rapporteuse spéciale des Nations unies sur les défenseurs des droits de l’homme.

Source : Irish Examiner, mardi 14 juin 2022

Source : 27Avril.com