Les Forces vives maintiennent leur marche silencieuse de demain

0
496

A la Délégation spéciale de la ville de Lomé, tout est mis en œuvre pour empêcher la marche silencieuse et pacifique que prépare le mouvement les Forces vives « Espérance pour le Togo » et qui devrait se tenir demain samedi 8 juin.

La manifestation populaire qu’organise cette organisation de la société civile devrait se dérouler le 1er juin mais la Délégation spéciale de la ville de Lomé et son président, Contre-amiral Fogan Adegnon tentent de provoquer son échec ou son annulation.

D’abord les autorités municipales reprochent à ce mouvement citoyen qui regroupe plusieurs organisations de la civile son caractère illégal. Sa base légale a été prouvée. Ensuite, il était question de changer l’itinéraire retenu de commun accord avec la Mairie. « Plus de rassemblement au Collège Sant Joseph », interdit Fogan Adegnon à la veille de la marche parce que, prétexte-t-il, « les antécédents et évènements malheureux dans la ville, l’itinéraire proposé ne saurait être autorisé ».

« Monsieur le Président de la Délégation Spéciale, voici notre réponse : nous avons pris acte de ce que vous nous reconnaissez enfin des bases légales mais l’itinéraire proposé comme nous vous l’avions déjà fait remarquer ne nous convient guère car il ne comporte aucun lieu symbolique dans la mémoire historique des Togolais », rétorque Maryse Quashie dans une lettre ouverte adressée à la Délégation spéciale de Lomé.

Les Forces vives « Espérance pour le Togo » élèvent « la plus vive protestation pour la façon dont vous nous avez en quelque sorte tournés en bourrique tous ces derniers jours ». Elles prennent à témoin l’opinion nationale, les défenseurs des droits de l’Homme « sur ce dont sont capables les autorités togolaise pour empêcher qu’ait lieu une manifestation pacifique ».

En définitive, cette marche silencieuse et priante est maintenue, confirment les Force vives « quelles que soient les tracasseries administratives auxquelles vous nous soumettez de nouveau », poursuit la lettre ouverte.

Ce samedi, la foule va s’ébranler du Collège Saint Joseph. Elle passera par le Canal lagunaire, le marché Le Togo, Freau Jardin (Place Anani Santos), le Monument aux morts pour chuter à la Place de l’Indépendance. Tel est l’itinéraire des organisateurs.

Cette marche vise à dénoncer justement la restriction des libertés de manifestation pourtant consacrée par la Constitution togolaise et la loi dite Bodjona de 2011.

A.H.

Source : www.lomechrono.com