Le dernier secret de Jacques Vergès

Le 24 mai 1970, alors qu’il était attendu à Paris, l’avocat Jacques Vergès disparaît, provoquant l’inquiétude de sa famille. Le lendemain, l’un de ses proches, Jérôme Lindon, directeur des Éditions de minuit, rapporte un message de l’avocat assurant qu’il « est en bonne santé et libre ». Mais Jacques Vergès ne réapparaîtra que huit ans plus tard. Dans un entretien qu’il avait accordé au Point en mars 2013, quelques mois avant sa mort, il racontait : « Un soir de mars, ma porte s’est ouverte et le vent m’a soufflé : Pars !, et je suis parti pour des aventures qui ont duré neuf ans. »

Des aventures sur lesquelles il avait gardé le mystère jusqu’à sa mort. Mais dans l’émission Clique Dimanche diffusée sur Canal+, Barbet Schroeder a levé le voile.

Le réalisateur suisse avait consacré un documentaire à l’avocat en 2007 : L’Avocat de la terreur. Interrogé par Mouloud Achour, Barbet Schroeder affirme avoir la clef du mystère, une thèse qu’il avait évoquée dans son film sans pouvoir s’y appesantir. « Il était avec Wadie Haddad, avec les Palestiniens les plus sanguinaires et les plus intelligents. Et le jour où Wadie Haddad est mort, deux jours après, il était de retour à Paris. […] Il est sorti de son rôle d’avocat et il est devenu carrément militant. » Combattant palestinien et créateur du Mouvement nationaliste arabe dont une partie deviendra le Front populaire de libération de la Palestine, Wadie Haddad est derrière plusieurs détournements d’avion dans les années 1970. Il est mort le 28 mars 1978.

Katanga, Cambodge ou Palestine

Ces années de disparition de l’avocat avaient donné lieu à de nombreuses suppositions, Jacques Vergès n’ayant jamais fait mystère de son engagement pour certaines causes, parfois controversées. Était-il au Katanga pour une histoire d’argent, avec les Khmers rouges au Cambodge, à Cuba ou bien en Palestine ? « J’étais un peu partout. Parti vivre de grandes aventures qui se sont soldées en désastre, expliquait-il en 2013. Nombre de mes amis sont morts, et, pour les survivants, un pacte de silence me lie à eux. » L’avocat confiait être parti pour une destination « très à l’est de la France ».

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.