La politique se paie la une des sites d’informations togolais

56


Les sites d’informations du Togo traitent essentiellement, ce samedi, de sujets politiques, à l’image du portail iciLome qui, sous le titre, « La Coalition des 14 a rencontré le Groupe des 5 jeudi », écrit que le regroupement, « en plus de la pression de la rue, continue l’offensive diplomatique pour le départ de Faure Gnassingbé à la fin de son troisième mandat ».

En effet, poursuit-il, « une rencontre a eu lieu entre des responsables de la Coalition des 14 et le Groupe des 5 ambassadeurs (Etats-Unis, Allemagne, France, Union européenne et système des Nations Unies). Le but de cette rencontre, à en croire les informations, est d’informer ces partenaires du Togo des exactions que continue de commettre le régime de Faure Gnassingbé contre les paisibles populations devenues des cibles des militaires qui rentrent dans les maisons et bastonnent sans crier gare ».

Le même site informe que qu’Alassane Ouattara de la Côte d’ivoire, Alpha Condé de la Guinée et Patrice Talon du Bénin ont demandé « à Faure de faire les réformes », lors du sommet de la CEDEAO du 14 avril 2018 à Lomé.

Pour sa part, Togobreakingnews informe que « la Coalition évoque la nécessité d’une transition avec le Groupe des 5 ».

Après avoir été empêchée ces dernières semaines de dérouler ses activités, poursuit le site, « la Coalition des 14 partis de l’opposition togolaise relance sa machine diplomatique. Depuis une semaine, Brigitte Adjamagbo-John, la coordinatrice du regroupement et Nathaniel Olympio, le président intérimaire du Parti des Togolais sont en Europe où ils multiplient les contacts avec la diaspora togolaise et des amis du Togo ».

Pendant ce temps, les autres leaders de la coalition continuent de discuter des diplomates accrédités au Togo, écrit le site. Et d’ajouter : « c’est dans cette logique qu’ils ont réussi à rencontrer le Groupe des 5, composé de l’Union européenne, de la Coordination du système des Nations Unies et des Ambassades des Etats-Unis, d’Allemagne et de France au Togo ».

« Didier Améla, de l’ANC au Front national », titre Globalactu. « Deux jours après l’annonce en conférence de presse de sa démission de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), parti de Jean-Pierre Fabre, Didier Améla est porté à la tête du Front national (FN), le parti politique dont son feu père, Janvier Améla Amélavi fut le fondateur en mars 1991 », écrit le site qui tire son information « d’un communiqué en date du 3 mai de ce vieux parti »

De fait, souligne-t-il, « l’ancien président fédéral de l’ANC à Danyi, est désormais le président intérimaire du parti de son père, ancien ministre de l’éducation nationale et porte-parole du gouvernement de Gnassingbé Eyadéma, pendant la conférence nationale souveraine de 1991 ».

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here