La maison de Séyi Mémène fouillée à Sokodé par des militaires

Que cherchaient les bérets rouges dans le domicile du Général Séyi Mémène hier à Sokodé, dans le quartier Komah ? Des armes ? Peut-être. Mais toujours est-il que la « guerre » contre les supposés soutiens du Parti national panafricain (PNP) commence sérieusement par inquiéter.

Jeudi 16 novembre 2017, pendant que des milliers de Togolais sont descendus dans les rues à Lomé et dans d’autres localités, des militaires (bérets rouges) ont fait irruption dans le domicile du Général Séyi Mémène à Sokodé.

Ces bérets rouges, à en croire les témoignages, seraient à la recherche des armes. Toutes les chambres de la maison ont été minutieusement fouillées. Sauf la chambre à coucher du général, puisque le gardien n’avait pas cette clé.

Ils sont repartis bredouille. Rien n’a été trouvé dans la maison.

Selon le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehame, des armes circulent à Sokodé. Elles auraient été arrachées aux militaires tués dans la ville. Les militants de l’opposition sont accusés d’être les assassins de ces militaires. Une accusation que rejette catégoriquement l’opposition qui, à son tour, pointe du doigt les miliciens du régime qui commettent des exactions et autres violences dans les villes lors des manifestations publiques pacifiques.

Le Général Séyi Mémène est soupçonné depuis quelque temps par le régime de Faure Gnassingbé, de soutenir le PNP de Tikpi Atchadam. Séyi Mémène se retrouve dans le viseur du pouvoir de Lomé.

I.K

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.