Kenya: des médecins oublient du coton dans le ventre d’une femme

146

Irene Joyce, 25 ans, qui a subi une césarienne lors de la naissance de ses jumeaux à l’hôpital Jaramogi Oginga Odinga, souffre d’une toux grave et prolongée et de difficultés de respiration en plus de douleurs thoraciques intenses, après que des médecins aient laissé des morceaux de coton dans son ventre.

Sept mois après la césarienne, Joyce et son mari appellent aux âmes de bonne volonté car elle a besoin de soins médicaux.

Lorsque le coton a été découvert dans son ventre grâce à un scanner, les médecins ont refusé de lui faire subir une opération chirurgicale pour enlever le coton qui constitue un danger pour sa vie.

« Après six jours, j’ai commencé à ressentir une douleur aiguë dans le bas-ventre. Au début, je pensais qu’il était normal de ressentir des douleurs, vu que je venais de subir une opération », a révélé la mère de quatre enfants.

« J’ai dû retourner dans le même hôpital, où j’ai fait une série de tests qui n’ont rien donné », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’elle a été conduite à l’unité de soins intensifs quand elle a eu des problèmes respiratoires.

Elle a passé trois jours aux soins intensifs et deux autres semaines en salle d’observation.

« J’avais de fortes douleurs dans le bas-ventre et j’avais dû mal à respirer. Je pouvais tousser pendant cinq minutes, tandis que mon corps gonflait chaque fois que je prenais un repas. Je n’arrivais tout simplement pas à comprendre ce qui se passait dans mon corps », explique la vendeuse de chaussures d’occasion, qui a dû abandonner son gagne-pain à cause de sa mauvaise santé.

« Après avoir consulté plusieurs spécialistes à Kisumu, un médecin m’a recommandé un scanner et un examen du bas-ventre. »

Son mari, Bernard Oluoch, affirme que le spécialiste était réticent à leur révéler les résultats, « mais il nous a finalement dit qu’il y avait des traces de coton dans le bas-ventre, ce qui nécessitait une intervention chirurgicale urgente. »

« Nous sommes allés à l’hôpital Jaramogi Oginga Odinga avec les résultats, et le médecin responsable a programmé l’opération après un mois, mais cela fait maintenant sept mois que ma femme a commencé à développer ces complications. »

Selon le directeur de l’hôpital, le Dr Peter Okoth, le retard dans la prise en charge de Mme Oluoch est dû à la nécessité d’enquêter sur l’affaire et de vérifier l’historique du patient.

« Nous prenons des dispositions pour que le patient retourne à l’hôpital en raison des complications qui sont apparues », a-t-il expliqué dans les propos rapportés par nairobinews.

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here