Interpellation à Sokodé d’un imam radicalisé

Djobo Mohamed Alassani, imam d’une mosquée de Sokodé et l’un des dirigeants du PNP (opposition) a été interpellé lundi, indique un communiqué du gouvernement.

Une interpellation qui intervient sur réquisition du Parquet pour des faits d’une extrême gravité ‘après des incitations et des appels répétitifs à la violence, au meurtre et à la sédition’.

Au regard du comportement de cet imam, de multiples démarches ont été entreprises par des responsables religieux de confession musulmane pour l’amener à s’abstenir des prêches appelant à la violence. Sans résultat.

Vendredi dernier, Djobo Mohamed Alassani s’est livré dans son prêche à des appels au meurtre contre des militaires et de citoyens togolais. C’est dans ce contexte qu’est intervenue son interpellation pour appel au crime et à la sédition, infractions prévues et punies par les articles 552 et 553 du Code pénal.

Dans la foulée, indique le communiqué officiel, des bandes organisées et structurées se sont livrées à des actes de violence, de pillage, de vandalisme et de destruction de biens publics et privés à Sokodé, Bafilo et dans certains quartiers de Lomé.

A Sokodé, deux militaires en faction au domicile d’une personnalité ont été lynchés et exécutés et leurs armes et munitions emportées. Un jeune a également trouvé la mort et une vingtaine de blessés parmi les civils et les forces de sécurité ont été comptabilisées.

‘Ces actes à visée terroriste, tendent notamment à déstabiliser les institutions de l’Etat et à semer la terreur au sein de la population. Ils nuisent gravement à la cohésion et à la paix sociale et portent atteinte à l’unité nationale’, souligne le texte.

Les auteurs et les commanditaires seront recherchés et poursuivis conformément à la loi, indique le gouvernement qui ‘condamne fermement ces attentats extrémistes qui menacent gravement la paix publique, et la coexistence pacifique. Il appelle les populations à la retenue et au calme.’

Republic Of Togo