Interdiction des Zémidjan: ce qui risque de se passer après le 11 avril

Pas question de faire machine arrière. Le gouvernement reste ferme sur sa décision par rapport à la suspension à titre provisoire de l’activité des conducteurs de taxi-motos, afin de contenir le Covid-19.


Le ministre du commerce Kodjo Adedze l’a réaffirmé ce jeudi sur Victoire Fm, une radio privée de la capitale togolaise. A quoi devraient s’attendre les travailleurs de ce secteur, après le 11 avril ? La question fait débat.

Le sujet alimente toutes les discussions sur les plateformes. Alors que les ‘zémidjans’ devraient commencer par percevoir un revenu substantiel mensuel de solidarité (Novissi) de 20 000 F CFA, des voix s’élèvent pour appeler à proroger le délai de grâce d’une semaine qui s’achève le 11 avril prochain, veille de la fête de Pâques.

A LIRE AUSSI: Pâques: dure épreuve pour les chrétiens togolais !

A en croire nombre d’observateurs, deux possibilités s’offrent aux autorités togolaises : soit renoncer à envoyer les centaines de ‘zémidjans’ en chômage technique dans le Grand Lomé tout en revoyant le programme ‘Novissi’ en leur faveur, soit foncer tête baissée et en tirer les conséquences.

A noter que dans le cadre de la gestion par le gouvernement de la crise sanitaire liée au Covid-19, les femmes bénéficieront pour leur part, d’un soutien financier mensuel de 12 250 F CFA. Les hommes, eux, toucheront un peu moins, soit 10 500 F CFA par mois.

TogoPeople

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.