Heure africaine : L’autre signe d’irresponsabilité des Africains

En Afrique, venir en retard à un évènement, à un rendez-vous, à une réunion ou même au service devient la chose la mieux partagée. Le phénomène est récurent dans tous les pays du continent, tellement qu’au Togo, on lui trouve un nom : « heure africaine ».

« Heure africaine ». C’est l’appellation pour désigner ce phénomène qui prend de l’ampleur en Afrique depuis les hauts sommets des Etat jusqu’en bas de la pyramide. Les jeunes qui sont censés diriger un jour ce continent et le sortir de la précarité sont également coutumiers de cette mauvaise habitude.

Au Togo, comme dans tous les pays du continent, venir en retard à une cérémonie officielle ou privée est même perçu comme un signe de grandeur. Dans la plupart des cas, c’est quand tous les invités (aussi souvent en retard) sont présents que l’officiel qui devrait présider la cérémonie débarque, avec des minutes de retard et tous les protocoles qui vont avec.

Dans de pareilles circonstances, le refrain habituel des organisateurs pour se dédouaner et calmer les ardeurs des plus impatients c’est : « Désolés pour ce léger retard, indépendant de notre volonté ! La cérémonie peut commencer ». En d’autres termes : Comprenez- nous sommes fautifs, mais pas responsables.

Dans un message audio, le Mouvement Martin Luther King (MMLK– la voix des sans voix) a dénoncé cette mauvaise pratique qui, mine de rien, concourt au sous-développement du continent.

Suivez plutôt la réaction de Pasteur Edoh Komi du MMLK sur ce phénomène dénommé « Heure africaine » dont certains en réclament le droit de propriété intellectuelle!

Source : icilome.com