Hausse des prix du pétrole : L’association Veille économique décèle une « opacité totale »

295
Hausse des prix du pétrole : L’association Veille économique  décèle une « opacité totale »

La hausse des prix du pétrole à la pompe continue de susciter des réactions. Dans la foulée, une analyse du président de l’association « Veille Economique », M. Dodji Thomas Koumo, retient l’attention.

Selon l’économiste, les cours du baril du pétrole brent annuelle a en moyenne baissé de 16,82%. « Ceci signifie que la moyenne des cours du pétrole est passée en 2015 de 52,35 $ us à 43,4 $ us. Vu sous cet angle, on a du mal à comprendre la hausse actuelle des prix à la pompe. Par contre, en glissement annuel, le cours du baril est en hausse de 73,70% passant de 30,69 $ us en janvier 2016 à 53,31 $ us en décembre 2016. Si les réserves sont finies et que nos gouvernants sont en passe de procéder à des approvisionnements sur les marchés à terme pour des prix anticipés de mars ou juin 2017 alors on peut comprendre la hausse actuelle », a-t-il expliqué.

Toutefois pour le Président de Veille Economique, le nœud du problème demeure « l’opacité totale » qui entoure la gouvernance économique du pays.

Le 27 janvier dernier à minuit, le Togo a procédé à une « légère » augmentation du prix des produits pétroliers à la pompe à travers un communiqué conjoint du Ministère du Commerce, de l’Industrie, de la Promotion du secteur privé et du Tourisme, du ministère de l’Economie et des Finance et du ministère des Mines et de l’Energie.

Cette augmentation intervient après des revues à la baisse consécutives du prix des produits pétroliers. Au niveau de la ligue des Consommateurs, la hausse des prix passe mal. Selon cette organisation, le prix du baril à l’international demeure stable et le gouvernement n’a jamais pratiqué la vérité des prix et se cache derrière de « fallacieuses subventions pour arnaquer les consommateurs ».

Pour la ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, Bernadette LégzimBalouki, cette augmentation s’explique par le fait que l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avait procédé en septembre 2016, à une diminution significative sur ses productions afin d’éviter la chute drastique du prix du baril. Une politique qui a conduit à une hausse de 20% du prix du pétrole sur le marché international impactant le budget des Etats consommateurs à l’instar du Togo. « On devrait normalement procédé à cette hausse depuis la fin de l’année 2016 », a souligné Mme Légzim-Balouki qui estime que malgré tout, le prix des produits pétroliers à la pompe au Togo restent les moins chers de la région.

Prisca D.

icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here