Ghana: un proche de Atchadam activement recherché par la police

Les autorités ghanéennes sont en alerte depuis quelques jours après la diffusion sur les réseaux sociaux d’une vidéo d’un enseignant Kotokoli appelant à la haine contre le président togolais Faure Gnassingbé. La vidéo avait été tournée dans une classe d’école coranique à Ashaimah un quartier de la capitaine ghanéenne.

Dans la vidéo, l’enseignant d’origine togolaise et vivant à Accra au Ghana, forçait ses élèves, dont certains ont à peine 5 ans, à réciter en langue Haoussa des propos haineux contre le président togolais qui fait l’objet d’une vive contestation dans son pays.

« Nous avons besoin de la victoire au Togo. Puisse Allah nous accorder la chance. Puisse Allah détruire Faure Gnassingbé et le rende incapable de faire quoi que ce soit », faisait-il répéter aux élèves. A la fin de la récitation, il demandait aux élèves d’appuyer ses propos avec des versets du Coran pour demander la protection d’Allah sur Tikpi Atchadam, l’un des leaders de la contestation togolaise dont il dit être un partisan.

Des sources sécuritaires indiquent que l’enseignant en question serait activement recherché par les autorités ghanéennes.

Au-delà du lavage de cerveau effectué sur des enfants de 5 ans, c’est l’extension de la crise togolaise sur le territoire ghanéen qui semble inquiéter les internautes sur les réseaux sociaux.

En octobre dernier, 26 manifestants togolais avaient été arrêtés à Accra pour s’être rassemblés sans autorisation délivrée par la police. La manifestation a été dispersée par la police sous prétexte qu’elle viole la Loi 491 sur l’ordre public au Ghana.

Source : www.cameroonweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.