Espionnage, traque des évêques au Togo: le pouvoir de Lomé mis à nu par The Guardian

L’enquête a fait l’effet d’une bombe ce lundi au Togo.  Une enquête conjointe du Guardian et du journal français Le Monde peut révèle que l’évêque togolais Benoît Alowonou et cinq autres opposants du pouvoir de Lomé ont été avertis par WhatsApp l’année dernière que leurs téléphones portables avaient été visés par une technologie d’espionnage sophistiquée.


WhatsApp a annoncé l’année dernière que 1 400 de ses utilisateurs ont été attaqués en avril dernier avec le logiciel espion, qui est fabriqué par le groupe NSO d’Israël.

Les cibles de ces attaques sont des politiciens soutenant l’indépendance de la Catalogne en Espagne, des journalistes en Inde et au Maroc, et des activistes politiques du Rwanda.

LIRE AUSSI: Togo : qui est Lotfi Bel Hadj, le mercenaire de Dogbé pour évincer Reckya Madougou?

Will Cathcart, le responsable de WhatsApp, a évoqué « des exemples horribles de journalistes, de défenseurs des droits de l’homme, de fonctionnaires, de chefs religieux… espionnés de manière vraiment effrayante ».

Les chercheurs du Citizen Lab de la Munk School de l’Université de Toronto ont confirmé au journal anglais Guardian et au Monde qu’au moins six personnes au Togo étaient visées par l’attaque.

Quatre de ces cibles sont l’évêque Alowonou, un prêtre nommé Pierre Chanel Affognon, Raymond Houndjo, un proche collaborateur d’un important homme politique de l’opposition, et Elliott Ohin, un ancien ministre du gouvernement qui fait partie du parti d’opposition.

Bien que l’on ne sache pas qui a perpétré les attaques contre les cibles togolaises, certaines des victimes ont déclaré qu’elles pensaient que le gouvernement togolais était probablement à l’origine de cette surveillance. Selon un rapport du Citizen Lab de 2018, le Togo était l’un des cinq pays africains où un opérateur possible de la technologie du groupe NSO était actif.

LIRE AUSSI: Affaire FCFA : quand Rawlings se déchaîne sur Ouattara

« Pour l’instant, le Citizen Lab n’est pas en mesure de dire de manière concluante quel gouvernement est responsable de cette attaque », a déclaré John Scott-Railton, chercheur principal de l’organisation. « Mais le fait que ces personnes soient toutes soient membres d’un parti d’opposition, soit autrement critiques envers le gouvernement est troublant ».

Il s’est dit « particulièrement préoccupé » par le fait que des membres du clergé aient été visés. « Encore une fois, nous sommes loin des types de cibles que les sociétés de logiciels espions comme la NSO prétendent être les cibles légitimes de ces activités. »

Le Togo est dirigé par le président Faure Gnassingbé, qui dirige le pays depuis 2005 suite à la mort de son père, Gnassingbé Eyadéma, qui a été au pouvoir pendant près de quatre décennies.

Les leaders de l’église catholique au Togo comptent parmi les plus fervents détracteurs du président, notamment l’évêque Alowonou, qui a déclaré qu’il pensait avoir été pris pour cible en raison de son militantisme. « Nous disons parfois des vérités qui irritent les puissants », a-t-il déclaré dans une interview. « Lors des dernières élections, nous avons pris position en faveur de la vérité ».

LIRE AUSSI: Guerre de clans au Gabon : dans les coulisses de la nomination de Ossouka-Raponda

Le prêtre, Pierre Chanel Affognon, qui a également reçu un message de WhatsApp, a déclaré que cela montrait que tout citoyen pouvait être ciblé. « J’ai été choqué », a déclaré Affognon. « C’est une violation de la liberté des citoyens. »

Affognon était à la tête d’Espérance pour le Togo, un groupe de la société civile qui a fait campagne avant les élections nationales de février 2020. L’élection a abouti à un quatrième mandat de cinq ans pour le président Gnassingbé, sur fond d’accusations de fraude électorale.

Contacté par mail par The Guardian et Le Monde, le pouvoir de Lomé n’a pas répondu aux questions sur ces accusations.

LIRE AUSSI: « Je suis prêt à gracier Gbagbo si… »

En réponse aux questions sur le Togo, le groupe NSO a déclaré dans un communiqué : « Nous ne savons pas qui sont les cibles de nos clients gouvernementaux souverains autorisés et vérifiés qui utilisent notre technologie, bien qu’ils soient contractuellement obligés de le faire uniquement contre les terroristes et les criminels. Si une enquête est justifiée, le NSO en mènera une en suivant nos processus de défense des droits de l’homme à la pointe de l’industrie ».

Les opposants au gouvernement togolais ont déclaré qu’ils ne seraient pas surpris si le gouvernement était responsable des attaques. Farida Nabourema, qui vit en exil et est (…)Lire l’article sur Gbangban.com

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.