« Entre Faure et Cina Lawson, qui contrôle l’autre ? »

9

Depuis le 23 juillet dernier où le communiqué ayant sanctionné le conseil des ministres a annoncé la création de la société Holding togolaise des communications électroniques « Togocom » en lieu et place de Togo Telecom et Togocel, plusieurs questions se posent dans les journaux.

La nouvelle est celle-ci : « Entre Faure et Cina Lawson, qui contrôle l’autre ? ». C’est la grande question qui saute aux yeux à la une du n°234 du journal « Fraternité » de ce mercredi 9 août 2017.

Pour en arriver à cette interrogation, l’hebdomadaire estime qu’on peut comprendre que la ministre des Postes et de l’économie numérique, Cina Lawson puisse dévier le contrôle du Premier ministre, Komi Sélom Klassou, toiser le Président du Parlement, Dama Dramani, en ne répondant pas aux nombreuses interpellations faites par les députés.

Mais faire signer au chef de l’Etat, Faure Gnassingbé un décret « contre les intérêts de la nation », il importe de se poser la question de savoir qui contrôle cette ministre à la fin. Ou du moins, « Entre Faure et Cina Lawson, qui contrôle l’autre ? ».

« Il est à rappeler que le chef de l’Etat a été lui-même ministre des Télécommunications, sous son feu père. A ce titre, il est un des plus habilités à découvrir rapidement les moindres supercheries qu’on pourrait cacher dans les dossiers télécoms du pays. Mais si malgré tout cela, on a réussi à faire passer le décret du 13 juillet 2017 avec ces arguments caducs et ballants, on se demande ce qui se passe au juste dans ce domaine de réforme du secteur de la communication numérique », écrit le journal avant de se demander si les réseaux capitalistes ont pris les dessus sur l’intérêt national.

Sous l’ombre de la ministre Cina Lawson, le journal parle d’un certain ‘Sonya Lawson’, la petite sœur de la ministre, « mêmes traits et mêmes allures », souligne-t-il avant d’ajouter qu’un autre chapitre y sera consacré.

« Fraternité » ne perd pas de vue qu’aujourd’hui, ce sont les syndicalistes des deux (2) sociétés d’Etat (Togocel et Togotelecom) qui montent au créneau pour dénoncer un coup de poignard dans leur dos.

« Pendant ce temps, il se rapporte que le capital des deux sociétés s’élève à 4 milliards pendant qu’on annonce le grand Togocom pour seulement 2,5 milliards de capital social toutes ses filiales incluses », note-t-il.

 

TogoWeb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here