Droit de réponse de l’ANC, Fédération internationale Europe-Asie

Objet : Réponse du bureau de l’ANC Fédération Internationale Europe-Asie aux 7 membres frondeurs

Chers camarades,

Vous avez adressé une lettre datée du 11-12-2022 aux membres du Bureau National et des Bureaux Fédéraux de l’ANC. Une lettre dans laquelle vous évoquiez une hypothétique « dérive collaborationniste » entre notre parti et le pouvoir RPT/UNIR, « une supposée trahison de la lutte » pour aboutir à des conclusions irraisonnées de démission du Bureau National et l’élection d’un nouveau Bureau incarnant « la nouvelle ligne politique » du Parti.

Chers camarades,

Réunis en ce jour, en session extraordinaire, et après analyse de ‘’la substance’’ de votre courrier, le Bureau de la Fédération Internationale Europe Asie, n’a pas été très surpris par votre curieuse lecture du travail colossal constamment déployé par notre formation politique dans une dictature plus que cinquantenaire. Une fois de plus, dans cette sortie mal pensée et mal ficelée, vous aligniez des montages grossiers, des mensonges, des diffamations, des arguties sordides pour tenter de discréditer notre parti, nuire à son image et à celle de l’opposition et ensevelir la lutte héroïque de libération du peuple togolais.

Sur la base d’une déclaration insidieuse de Gilbert Bawara, concernant ses ‘’prétendues relations’’ avec Feu vice-président Patrick Lawson, vous insinuez, que « des décisions stratégiques importantes auraient été prises par des amis de ceux-là même que nous étions censés combattre, et que le sommet du principal parti d’opposition était compromis dans des amitiés coupables avec le régime » et vous concluez hâtivement et fallacieusement à la collaboration de l’ANC, avec le RPT/UNIR.

D’abord, une collaboration n’est possible qu’entre institutions. Or il n’y a jamais eu un accord de collaboration entre l’ANC et le RPT/UNIR

Vous savez comme tous les togolais que notre formation politique l’ANC est née de la scission de l’U.F.C. au lendemain de l’accord RPT/UNIR-UFC en 2010 sur son refus de collaborer avec le RPT/UNIR, pour sauvegarder les idéaux des pères de l’indépendance et notre dignité de femmes et d’hommes justes, intègres et en quête de liberté réelle, en dépit des affres perpétuellement subies du pouvoir totalitaire du RPT/UNIR.

La trahison n’est pas du camp de l’ANC, mais de ceux des transfuges et transhumants du RPT, des formations politiques, qui ont participé au pouvoir RPT avec ou sans accord de gouvernement et de ceux de vos commanditaires qui se préparent à y entrer au terme d’une longue comédie.

Nous n’avons jamais trahi et ne sommes pas prêts de le faire. Et vous le savez très bien !!!

Chers camarades,

Vous n’ignorez pas davantage que nos dispositions statutaires encadrent rigoureusement l’élaboration et la prise de toute décision stratégique par les organes adéquats du parti que sont le Congrès, le Conseil National, le Bureau national, le comité exécutif et le Bureau Politique, et qu’elles supervisent et contrôlent suffisamment tous les mécanismes décisionnels du parti pour éviter toute tentative solitaire de captation, de confiscation, de direction du parti ANC et de son assujettissement à des intérêts extérieurs.

Notre parti n’est donc ni corruptible, ni manipulable même par le diable. Et le pouvoir RPT/UNIR le sait mieux que tous les togolais. C’est ce qui le désarçonne le plus et le pousse à accentuer la violence à notre égard et à multiplier de stratagèmes pour tenter de nous affaiblir. Dans cette opération de déstabilisation, les transfuges du RPT et vos commanditaires ne sont pas en reste.

Chers camarades,

Vous avez donc, sur la base d’allégations mensongères issues de soupçons infondés de trahison sur un des principaux responsables du parti, demandé la démission de tout le Bureau national. Vous avez, il y a un an, fait la même demande avec des arguties sur l’âge des principaux dirigeants de notre formation politique sans aucune proposition alternative sur des sujets d’intérêt stratégique.

Le Bureau National, dont vous réclamez la démission, est une émanation du congrès. Et aucun groupuscule (7 membres) qui ne représente même pas une fédération et encore moins tout autre organe du parti n’a qualité pour demander la démission du Bureau National.

L’article 14 de nos statuts dispose clairement, que « le Congrès est l’organe suprême de l’ANC. Il oriente les actions du parti et tranche souverainement toutes les questions qui lui sont soumises par les autres organes du parti ».

Les motions, résolutions et recommandations, issues de notre 2ème congrès tenu les 18 et 19 octobre 2019 ainsi que celles de notre conseil national tenu le 10 octobre 2020 ont tracé la voie à nos actions politiques actuelles et futures. Et au cours de ces assises, les 113 fédérations, ont renouvelé leur confiance au Bureau National et aux autres organes du parti pour mettre en œuvre des orientations et directives données au cours de ces assises.

Votre démarche à la fois surprenante et curieuse n’est donc pas recevable.

La haine inexpliquée, que vous éprouvez à l’égard de notre formation politique et que vous partagez avec vos commanditaires, a aboli votre esprit de discernement, votre raison et votre conscience et vous a exposé à une légèreté d’appréciation et d’analyse, dont vous êtes coutumiers pour diffamer et discréditer une institution politique qu’est notre parti ANC.

Vous avez introduit au sein de notre formation politique « un cheval de Troie » dénommé Groupe ‘’G9,, pour assouvir votre soif de conquête du parti et servir les intérêts de vos commanditaires, violant ainsi l’article 6 de nos statuts qui dispose : « l’ANC proscrit en son sein toute création d’association ou de regroupement à caractère politique indépendamment de lui. Le parti combat en son sein toute idée de sectarisme, de népotisme, de corruption et de féodalité. »

Nous désapprouvons cette manière de faire et condamnons avec la plus grande vigueur tout le contenu de cette lettre qui relève d’une tentative de déstabilisation du principal parti de l‘opposition.

Fait, le 12.12.2022

Les signataires.

M. Idriss SOUBABE : président fédéral, membre du bureau national – (sous-section IDF)

M. Médard HADONOU : 1er vice-président fédéral – (section UK)

M. Robert FABRE : 2èmevice-président fédéral – (sous-section HDF)

M. Déo KLUVI : Secrétaire-fédéral – (section Allemagne)

M. Casimir KPOSSOU : 1erSecrétaire-fédéral adjoint – (sous-section HDF)

M. Albert Mawulé KOKOSSOU : 2èmeSecrétaire-fédéral adjoint – (section Suisse)

M. Jacques TIGOE : Trésorier fédéral – (section UK)

M. Willy LOGAH : Trésorier fédéral-adjoint – (section Allemagne)

M. Elom DJAGBA : Conseiller du bureau fédéral – (section Suisse)

M. Justin A. DAMAWUZAN : Membre du bureau national, conseiller du bureau fédéral, – (sous-section IDF)

M. Marius KOEHLER : Conseiller du bureau fédéral – (section BENELUX)

Source : icilome.com