Drame à Tokpli : Les ressortissants réclament justice

719


L’Union des ressortissants de Tokpli (URT) veut la tête des éléments en uniforme qui ont commis le crime dans leur village vendredi dernier. Devant la presse hier dimanche, ces natifs de Tokpli (dans la préfecture de Yoto) parmi lesquels se trouvait Pr Léopold Messan Gnininvi, ancien Secrétaire général de la CDPA, ont donné leur version des faits et demandent que les auteurs soient punis.

A en croire leur version, ces éléments, dès leur arrivée dans le village, ont ouvert le feu sur les villageois aux mains nues. « Les tirs nourris à balle réelle des éléments de l’opération Entonnoir ont atteint le territoire béninois au point où une délégation des forces de sécurité béninoise s’est rendue le même jour, le 8 juin 2018 à Tokpli en traversant le Mono. Ils ont été accueillis par leurs homologues du Togo », peut-on lire dans leur déclaration.

C’est ainsi que le jeune Louis Anoumou, qui n’a rien à voir avec la vente de carburant illicite pour laquelle ces hommes en uniforme ont fait la descente dans le village, a été touché par une balle. Ce dernier se dirigeait vers les revendeuses installées au bord du fleuve Mono où il prend d’habitude son petit déjeuner, selon les témoignages.

Selon les responsables de l’URT, les éléments de l’opération Entonnoir ont empêché des jeunes qui ont voulu secouru Anoumou (qui était déjà à terre) en tirant sur eux. « Cette fois-ci, ils ont tiré des balles en caoutchouc, ce qui a occasionné des blessures au dos d’un autre jeune homme », indique la déclaration.

Les ressortissants de Tokpli exigent une « enquête sérieuse » pour situer les responsabilités. Pour eux, le corps du jeune garçon restera à la morgue jusqu’à ce que les auteurs de ce crime soient trouvés et punis.

« Si nous sommes dans un Etat normal avec un gouvernement sérieux, ce monsieur ne peut plus diriger cette opération », souligne Jacques Agbemadon, président de l’URT qui demande que le responsable de l’opération dans la zone, le Lieutenant Abdoulaye soit relevé de ses fonctions.

L’URT qui dit ne pas encourager la vente du carburant illicite, exige des réparations aux victimes et demande au gouvernement d’éviter de tels actes à l’avenir.

I.K

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here