Dialogue inter-togolais : La facilitation exhorte les parties prenantes à rechercher le consensus

0
1506
Dialogue inter-togolais : La facilitation exhorte les parties prenantes à rechercher le consensus


Après près de trois de suspension, le dialogue inter togolais a repris ce mercredi 27 juin 2018 à Lomé. Cette 4ème séance a, naturellement, réuni les acteurs impliqués que sont le gouvernement, la Coalition des 14 parties politiques de l’opposition (C14) et le parti au pouvoir, Union pour la République (UNIR), en présence des Présidents Guinéen, Prof Alpha Condé et Ghanéen, Nana- Akufo Addo, désignés facilitateurs de la crise par la CEDEAO.

Selon le communiqué final sanctionnant cette rencontre lue par Jean Claude Kassi-Brou, président de la Commission de la CEDEAO, les facilitateurs ont invité tous les partis politiques et toutes les forces vives togolaises à « s’abstenir de tout acte, de tout agissement susceptible de constituer une menace à la paix et à la stabilité du Togo et de la sous-région ».

Aussi, ont-ils félicité le gouvernement, d’une part, pour les mesures d’apaisement déjà prises et, d’autre part, l’ont encouragé à les poursuivre notamment par « la libération des personnes arrêtées pendant les manifestations politiques, l’extension du droit de manifester à l’ensemble du territoire national dans le respect de l’ordre publique et des lois en vigueur afin de garantir la liberté de manifester ainsi que la sécurité des biens et des personnes.

Par ailleurs, ils ont invité la population togolaise à collaborer avec toutes les autorités compétentes afin de retrouver les armes emportées.

De son côté, le gouvernement, par la voix de son ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Réforme Administrative, Gilbert Bawara, a réaffirmé sa volonté et son engagement à travailler avec tous les acteurs politiques en vue de la mise en œuvre des réformes dans le respect de l’ordre constitutionnel, des règles et des principes de la démocratie et de l’Etat de droit.

Il faut, en plus, noter que les deux présidents se sont félicités de l’accord entre les parties prenantes pour la poursuite des activités au parlement au-delà de l’échéance électorale. « Durant cette période, les préparatifs des élections restent suspendus, étant entendu, il est souhaitable que ces élections se tiennent avant fin novembre 2018 » a précisé le communiqué.

In fine, les deux facilitateurs ont enfin demandé au parti au pouvoir et l’opposition de faire preuve de retenu pour ne pas compromettre les efforts en cours.

Ils examineront en détail les différentes préoccupations exprimées et feront rapport au prochain sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDAEO.

Christelle Agnindom

Source : www.icilome.com