Détention arbitraire d’Abdoul Aziz Goma : Des avocats américains saisissent le groupe de travail des Nations Unies

0
380
Abdoul Aziz Goma

Le 3 mars 2023, Freedom Now et le cabinet d’avocats McKool Smith ont déposé une requête auprès du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire au nom de l’homme d’affaires Abdoul Aziz Goma, un citoyen irlandais d’origine togolaise. La pétition allègue que la détention secrète de Goma par le Togo pendant des années, sans procès, porte atteinte à son droit fondamental à la liberté, en violation du Pacte international relatif aux droits civils et politiques et de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

«Abdoul Aziz Goma a été injustement détenu pendant plus de quatre ans sans procès, tout en étant soumis à plusieurs reprises à des actes répréhensibles de torture et de mauvais traitements», a déclaré Adam Lhedmat, juriste de Freedom Now. « Nous sommes convaincus que le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire conclura que les droits humains fondamentaux d’Abdoul ont été violé s et qu’il doit être libéré immédiatement».

Avant son arrestation, Goma effectuait régulièrement des visites d’affaires au Togo. Son voyage le plus récent a eu lieu en novembre 2018. Le 19 décembre 2018, Goma a reçu un appel inattendu d’un ami résidant à Accra, au Ghana, demandant de l’aide pour huit jeunes qui avaient voyagé d’Accra à Lomé, au Togo et étaient bloqués car ils ne pouvaient pas joindre leur contact local. Bien que Goma ne connaisse pas ces personnes, il a décidé de les aider et a contacté un ami qui a accepté de les accueillir. Il leur a également fourni de l’argent pour les aider à retourner au Ghana. Goma a appris plus tard que les individus étaient originaires du Togo et se trouvaient à Lomé pour participer à une marche de protestation pacifique entourant les prochaines élections. Cependant, la manifestation n’a jamais eu lieu en raison d’une répression gouvernementale. Les huit individus ont finalement rejoint leur contact local le lendemain soir et se sont installés dans un hôtel. Goma ne les a jamais revus.

Dans la soirée du 21 décembre 2018, Goma a été arrêté dans les rues de Lomé par un groupe d’hommes armés en civil, révélés plus tard être des membres de l’Unité spéciale d ’intervention de la gendarmerie (USIG). Les hommes armés ont agressé puis menotté Goma et ses compagnons. Ils ont été emmenés au quartier général de la police spéciale où ils ont de nouveau été agressés physiquement et ont continué à être maltraités jusqu’au lendemain. Goma a été menotté à une voiture puis à un arbre et battu jusqu’à ce qu ’il vomisse du sang et s’évanouisse. Il s’est assuré des passages à tabac répétés et de la torture pendant deux semaines.

Goma a comparu devant le procureur de la République 10 jours après son arrestation et a été informé des charges retenues contre lui, notamment trouble aggravé de l’ordre public, destruction volontaire de biens publics, association de malfaiteurs et atteinte à la sécurité intérieure de l’État, mais n’a pas été présenté à un juge pour encore deux semaines. Les accusations de destruction de biens publics et d’atteinte à la sécurité de l’État ont ensuite été abandonnées. À aucun moment au cours de ces événements, Goma n’a eu accès à un avocat ou à des contacts avec ses proches.

En octobre 2020, près de deux ans après son arrestation, Goma a obtenu son premier accès à des avocats qui ont demandé une libération provisoire. Cette demande a été rejetée par le tribunal sans aucune justification. Le tribunal a ensuite ordonné une enquête officielle sur les allégations de torture de Goma, enquête qui, près de deux ans et demi plus tard, n’a toujours pas eu lieu.

Le 20 janvier 2022, Goma a été transféré d’une prison secrète à la gendarmerie nationale de Lomé, où il était détenu depuis juin 2020, à la prison civile de Lomé, où il reste incarcéré. La prison civile de Lomé est censée abriter 600 détenus, mais en abrite actuellement plus de 2 000. Pendant sa détention, Goma n’était généralement nourri qu’une fois par jour et souvent pas du tout.

En raison des tortures qu’il a subies, la santé de Goma s’est rapidement détériorée. On lui a diagnostiqué une hernie discale, qui depuis n’a pas été traitée. Il développe également des symptômes de Charcot-Marie-Tooth, un trouble nerveux dégénératif qui provoque une faiblesse et une atrophie des bras, des mains, des jambes et des pieds. En conséquence, il a progressivement perdu l’usage de ses deux jambes et ne peut plus marcher. La torture l’a laissé dans un état permanent de douleurs musculaires, articulaires, vertébrales et abdominales. Ses demandes de libération pour raisons humanitaires ont été rejetées.

Source : freedom-now.org

Source : 27Avril.com