Décentralisation : Les jeunes veulent jouer leur rôle

201
Décentralisation : Les jeunes veulent jouer leur rôle

Quelle doit être la responsabilité des jeunes togolais dans le processus de décentralisation ? Quels sont les modèles et les enjeux de la décentralisation ?

Voilà autant de questions auxquelles une centaine de jeunes togolais ont essayé de trouver des réponses appropriées ce jeudi à Lomé, au cours du Forum des jeunes sur le processus de la décentralisation et des élections locales au Togo, dans les locaux de la Délégation de l’Union européenne (UE) au Togo.

Pour les organisateurs, malgré que la jeunesse représente plus de la moitié de la population, le constat est clair qu’il y a une faible implication des jeunes togolais dans ces questions d’intérêt national ; aucun cadre de réflexion n’est organisé à leur endroit afin qu’ils s’imprègnent de ces questions, ce qui conduit, selon eux, à une indifférence totale des jeunes togolais. Et pourtant, ont-ils relevé, l’heure est cruciale.

« Nous nous réunissons à un moment particulièrement préoccupant de l’histoire de notre pays, le moment du choix, le moment d’offrir à notre pays des réformes vitales au nombre desquelles se situent en bonne place la décentralisation et les élections locales. Et à ce moment précis, la voix de la jeunesse doit compter », a indiqué Benjamin Amouzouvi, président du comité d’organisation du forum.

Cette rencontre, a-t-il ajouté, a pour objectif, de replacer la jeunesse togolaise au cœur de l’action sociopolitique en général et du processus de décentralisation et des élections locales en particulier.

Dans sa communication sur les enjeux de la décentralisation au Togo, Ananivi Hosé Koudouovoh, écrivain et littéraire a estimé que la question de la décentralisation doit être éloignée de la passion et le Togo ne doit pas « singer » ce qui se fait ailleurs en matière de décentralisation, mais doit tenir compte de ses réalités pour sortir un modèle de décentralisation particulier axé sur les chefs traditionnels.

« Il faut redonner le pouvoir et leur lustre d’antan aux chefs traditionnels si nous voulons véritablement que les choses changent et si l’administration centrale est attentive au cri du cœur de chaque citoyen », a-t- il proposé.

Dans son mot d’ouverture de la rencontre, le conseiller politique de la Délégation de l’UE au Togo, Alexandre Giraldez Soage, a mis l’accent sur l’importance pour la population, surtout la jeunesse de s’impliquer dans le processus de décentralisation. Ce mode de gouvernance, a-t-il souligné, est « positif » dans la mesure où elle permet à la population d’avoir accès de façon convenable aux services de base.

A la fin de la formation, un mémorandum sera adopté et soumis aux différents acteurs impliqués dans le processus de décentralisation, en termes de contribution.

www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here