De la nécessité d’une stratégie qui prenne en compte l’étape d’après

218


«Les vices de la cour ont commencé la Révolution, les vices du peuple l’achèveront» disait Rivarol… Comment rendre cela possible dans le contexte togolais ?

Des faits, les abords de l’hôtel Santa marina, les villes de l’intérieur et même dans la diaspora sont remplis de monde. Très bien, la première étape est remplie. Mais doit-on s’en contenter ?

Les manifestations depuis le 19 août 2017 sont une belle réussite, largement couvertes par la presse nationale, régionale et internationale. Toutefois, attention à ne pas se trouver si beaux en ce miroir médiatique.

Attention à ne pas s’applaudir sur le chemin parcouru, sans voir tout celui qu’il nous reste à faire. Attention à ne pas croire que « l’alternance politique » voire « la révolution » vont advenir, parce qu’on les évoque de manière incantatoire dans les manifestations ou lors des meetings et sittings, et à défaut sur les réseaux sociaux. Attention à ne pas s’aveugler sur l’océan de résignation, encore, dont est fait le peuple togolais, parce qu’on a bâti notre mini-îlot de révolte.

Ces risques, déjà présents dans le mouvement, nous ne les énumérons pas pour décourager, mais au contraire : pour les surmonter.

Nous avons les ressources, l’énergie, la volonté pour donner une nouvelle impulsion, pour aller plus loin, pour offrir à notre postérité, la chance de vivre dans un pays où l’alternance politique peut faire jaillir la lumière d’une équité sociale.

Mais, vers où, justement ?

Réussir à sensibiliser, mobiliser et envahir la place de Deckon ou tout le Togo, et maintenant regarder le ciel, n’est pas une finalité : seulement un moyen. Mais pour faire quoi ?

Face à la police, aux milices, aux coupures de courant ou d’internet, est-on condamnés à une semi-improvisation, à des décisions au jour le jour, ou peut-on relever le nez du guidon, décider d’une orientation pour les semaines à venir ?

On parle sous d’autres cieux de « convergence des luttes ». En notre cas, il s’agit de faire en sorte que les grèves sectorielles ou des syndicats puissent conduire à un réveil général des consciences dans tout le pays. Mais comment faire fructifier cette convergence? En nouant quelles alliances ?

En un mot : quelle est l’étape d’après ?

Ces questions, nous proposons de nous, vous les poser, et d’y apporter des esquisses de solution ENSEMBLE à travers des rencontres de proximité, des débats, en famille, entre amis…car «si les révolutions traînent en longueur, c’est parce qu’on ne prend jamais que des demi-mesures» disait Billaud-Varenne.

A chaque conscience, sa réflexion… pour une réponse collective, une liberté collective puisque « ce n’est pas avec des idées poétiques qu’on fait une révolution » !!

Koffi NYAZOZO

PS : Ces lignes peuvent vous servir à inviter à des soirées d’échanges ou de discussions autour de la cause commune…faites en donc une large diffusion…

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here