Crise au Togo: les réelles intentions de Fabre et Atchadam

Dans la recherche des voies et moyens pour sortir de la crise sociopolitique actuelle, tout le monde s’est accordé à demander au pouvoir de Lomé, une ouverture à travers des mesures d’apaisement et l’instauration d’un dialogue. Mais depuis la semaine dernière que le gouvernement a montré sa bonne foi et cette volonté d’ouverture en annonçant la Libération de 42 détenus jugés et condamnés dans l’affaire des manifestations, la levée du contrôle judiciaire qui pesait sur le chef de file de l’opposition Jean Pierre Fabre et l’ouverture d’un dialogue, rien ne semble venir de l’opposition, qui a choisi la rue pour s’exprimer, depuis le 19 août dernier.

Et au sein de l’opinion, c’est une lassitude qui n’en dit pas son nom, tant chacun est fatigué de voir les activités tourner au ralenti du fait des manifestations, parfois violentes de l’opposition ce qui prive ainsi les populations de leur pain quotidien. Et beaucoup commencent à se demander, ce qui sous tend un tel refus de saisir la main tendue du gouvernement. Jusqu’où ira l’opposition dans ce refus de dialoguer ?

Lire aussi: « Crise au Togo: Alassane Ouattara boude les opposants togolais »

En effet, le bras tendu du pouvoir et les mesures d’apaisement annoncées et qui ont conduit à la libération des 42 manifestants de l’opposition, ainsi que l’appel au dialogue dans les prochains jours, auraient pu permettre à l’opposition de sursoir à ses manifestations de cette semaine pour favoriser l’ouverture du dialogue. Malheureusement, l’opposition semble ne pas être dans cette logique et trouve plutôt que la victoire du peuple qui s’approche en demandant le départ de Faire Gnassingbé.

Ce comportement montre à suffisance, comment la classe politique de l’opposition regroupée au sein du groupe des 14 n’est pas du tout dans la dynamique et la logique d’une sortie de crise, une crise qui a commencé il y a de cela deux mois et dont les conséquences sont assez dévastatrices. Sur le plan économique, plusieurs opérateurs économiques ne trouvent plus le Togo comme une bonne destination, car le pays est instable politiquement. Les activités économiques sont aussi durement perturbées au point que le taux de croissance de 5% attendu pour cette année 2017 pourrait ne plus être atteint selon les experts. Au niveau humain, on note une quinzaine de morts et plus de 400 blessés sans compter les dégâts matériels très énormes.

Lire aussi: « « Il faut cesser de servir du rêve aux populations »- Gerry Taama »

La volonté de l’opposition de maintenir le statuquo dans le pays semble désormais être une évidence. Et celle de détruire est aussi réelle. D’abord lorsque le gouvernement décidé de lever l’interdiction de manifester en semaine et invite l’opposition à venir discuter ensemble, la coalition des 14 partis brille de son absence. Et pourtant il s’agissait de discuter et trouver les voies et moyens de préparer dans la sérénité les manifestations à venir afin qu’il y ait plus de débordements ni de grabuges. Comment peut on expliquer ce refus aux motifs que l’invitation n’est pas faite dans la règle de l’art?

L’autre aspect du comportement de G14 qui frise la volonté manifeste de détruire le pays, c’est bien sa réclamation de faire partir le chef de l’État actuel qui n’est que dans moitié de la fin de son mandat que le peuple lui a confié en 2015 avec près de 59% des voix.

Lire aussi: « Crise au Togo: la date du dialogue enfin connue »

De nos jours, à ce stade de la crise, l’opposition devrait comprendre que le peuple togolais a trop souffert et qu’il est temps d’arrêter d’abuser de lui. Elle doit en outre comprendre, qu’elle (opposition) n’a pas les moyens de sa politique et autant faire la politique de ses moyens. Sinon par quelles alchimies peut-elle faire partir Faure du pouvoir?

Jean Pierre Fabre, Tikpi Atchadam, Brigitte Adjamagbo et surtout leur aîné Agboyibor, eux tous savent et sont conscients que le jusqu’au-boutisme ne peut permettre d’atteindre leurs ambitions. Quelque soit la nature et la durée d’un conflit, les protagonistes et les belligérants fissent toujours autour d’une table. Autant saisir la main tendue du pouvoir afin qu’on sorte le pays de cette crise qui n’a que trop duré et fait des victimes innocentes.

Source: Le Messager No 551

TogoWeb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.