Contractualisation des hôpitaux publics : cinq après, un bilan “extrêmement encourageant”

Contractualisation des hôpitaux publics : cinq après, un bilan “extrêmement encourageant”

(Togo Officiel) – Lancée en 2017 pour assainir le secteur de la santé, garantir des soins de qualité pour les populations et améliorer la gouvernance dans le secteur, la contractualisation des formations sanitaires publiques affiche des “conclusions extrêmement positives et encourageantes, du moins en interne”, a indiqué mercredi le porte-parole du gouvernement, Christian Trimua. Une communication avait été présentée sur la question dans la journée en conseil des ministres, par le ministre de la santé.

Encore en phase pilote, l’approche contractuelle déployée dans 08 centres issus des trois niveaux de la pyramide sanitaire (CHU-Sylvanus Olympio, CHU-Kara, CHR Atakpamé, Sokodé, Dapaong, CHP Blitta, Notsè et CMS Siou) s’est soldée par plusieurs points positifs.

Entre autres, l’amélioration de l’offre de soins aux populations, la croissance du taux de fréquentation et du nombre d’actes médicaux, la disponibilité des médicaments et la prise en charge des indigents.

Par ailleurs, explique Moustafa Mijiyawa, “il a été constaté une amélioration de la situation financière des formations sanitaires concernées, permettant un réinvestissement de ressources dégagées au bénéfice de l’amélioration du plateau technique”.

Fort de ses bons résultats, la contractualisation s’étendra à huit autres formations sanitaires déjà sélectionnées : Bè, Lomé commune, CHU Campus de Lomé, Aného, Tsévié, Kpalimé, Notsè et Sotouboua. Pour l’heure, une évaluation externe est en cours.

Lire aussi

Moustafa Mijiyawa : « avec la contractualisation, nous voulons nous assurer que l’argent que nous injectons arrive à destination »

Source : RepubliqueTogolaise.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.