Constat du FMI : l’instabilité socio-politique fausse les calculs du développement

43

Fort de sa lourde dette, le Togo est soumis au régime de Facilité Elargie de Crédit (FEC) du Fonds Monétaire International. A cet effet, une deuxième revue du programme vient de prendre fin sous l’égide d’une équipe du Fonds, dirigée par Ivohasina Razafimahefa. Son autopsie révèle que la croissance économique du Togo chevauche entre potentiel de croissance et freins socio-politiques.

Alors que 2016 donnait un taux de croissance de 5,1%, la deuxième moitié de l’année 2017 a été économiquement marquée par une chute jusqu’à 4,4% selon les experts du FMI.

Sans surprise, le coup s’explique par les troubles qu’a connus le pays depuis lors. Et ceci n’est pas prêt de s’arrêter puisque les prévisions pour 2018 donnent une constance de cette baisse, selon le chef de la mission du FMI qui indique que «« les tensions socio-politiques font peser un risque sur les perspectives de croissance économique avec un impact négatif sur l’économie réelle et les recettes fiscales. La croissance économique devrait être légèrement inférieure à 5 % en 2018 ».

La dette publique est passée de 82% au 31 décembre 2016 à 77% au 31 décembre 2017. Selon le FMI, l’efficacité n’a pas été à la hauteur des espérances, mais c’est déjà un satisfecit puisque l’Etat promet de diversifier les sources de perceptions fiscales et l’amélioration des recettes publiques à travers l’amélioration du budget de l’Etat exercice 2018. Il s’agit de dépendre moins des financements extérieurs.

Selon le ministre Sani Yaya de l’Economie et des Finances, la comparaison du niveau d’endettement du Togo par rapport au plafond en vigueur dans l’UEMOA n’a pas forcément raison. Vue sur l’angle du plafond FMI, cela ne serait pas aussi alarmiste, à en croire les propos du ministre. L’on se demande pourquoi le pays a-t-il été soumis au régime du FEC par le FMI dans ce cas ?

Alors que le ministre de l’Economie et des Finances parle d’une certaine transparence et d’assainissement des Finances Publiques, les budgets 2017, 2018 sont encore protégés des citoyens comme on protège le bouton de lancement de l’arme nucléaire aux USA.

A. Lemou

Source : www.icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here