Congo : Deux jeunes ouvriers Togolais de l’usine Diamond Cement Congo, emprisonnés depuis le 20 Mars ?

0
783

La scène se passe à Mindouri à environ 200Km au Sud de Brazzaville dans l’usine Diamond Cement Congo. Au centre de l’affaire la coupure d’un fil conducteur d’énergie électrique qu’aurait orchestrée deux jeunes ouvriers de l’usine. La coupure, selon ma source, est intervenue dans la colonie (lieu de résidence des ouvriers et du personnel administratif). Cet incident a privé les résidents d’énergie électrique pendant tout au plus 20 min.

Congo : Deux jeunes ouvriers Togolais de l’usine Diamond Cement Congo, emprisonnés depuis le 20 Mars ?

D’après mon interlocuteur joint au téléphone, il s’agit pour ces jeunes Togolais de riposter contre les traitements inhumains qu’ils subissent sur tous les plans. En effet, leur résidence particulièrement était privée d’énergie électrique pendant un long moment, toutes leurs actions auprès de l’administration pour permettre de trouver une solution à ce problème d’énergie électrique ont été vaines avec bien sûr l’indifférence de l’administration. Alors qu’ ils ont besoin de cette énergie électrique pour subvenir à plusieurs de leurs besoins quotidiens surtout pour la cuisine. Ne pouvant plus supporter ce silence ils ont donc manifesté leur indignation par l’acte ci -dessus cité .

Il faut préciser que, bien avant cet incident, les ouvriers appelés de Tabligbo au Togo et partout ailleurs ont été trompés par leurs employeurs indiens, lesquels n’ont pas tenu les promesses faites aux employés avant leur départ pour le Congo. Les conditions de vie sont précaires. Mais, ces jeunes, pour l’amour du travail ont résisté jusqu’à mettre en place la nouvelle usine qui est un complexe : Usine d’exploitation de calcaire, fabrication du clinker jusqu’au produit fini, le ciment.

Ma source, qui est témoin des faits, me fait comprendre également que c’est un Togolais, dont je tais le nom, chef personnel, qui a envoyé ses deux frères Togolais en prison sur une terre étrangère. Pour les autres ouvriers, il s’agit d’un zèle de la part de ce monsieur qui aurait pu trouver une solution à ce problème d’énergie électrique dès la base. Les informations reçues indiquent d’ailleurs que si ces jeunes sont libérés ils seront déportés. Mais dans quelle condition ? On ne sait pas pour l’instant !

Jusqu’à présent l’on ne comprend pas pourquoi un Togolais, merci Dieu, étant chef de projet ne peut pas faciliter les conditions de travail à ses concitoyens se trouvant d’ailleurs en terre étrangère. Paradoxalement c’est lui qui se révèle le bourreau pour ses frères !

Je suis de près ce dossier… J’y reviendrai si il y a du nouveau !

En image:le site de l’usine à Brazzaville

Source : [24/03/2017] Innoncent Lebon, #innoinfos / FB

27Avril.com