Charles Kondi Agba, président des sages de UNIR à l’offensive

0
541

Voilà donc le résultat du congrès des sages du parti au pouvoir, Union pour la République (UNIR). Mardi, ils ont siégé à Kara, ville strictement interdite à l’opposition. Ces hommes et femmes dit « sages » du parti au pouvoir, ont élu un vétérinaire, ancien ministre de la Santé, à la tête de leur groupement.

Ce natif de Kabou dans la préfecture de Bassar, brandi par le parti UNIR comme « président des sages », âgé de 69 ans, a enchaîné des postes diplomatiques et politiques, ambassadeur du Togo dans plusieurs pays dont la France, représentant permanent de l’UNESCO. Charles Kondi Agba a également brigué le poste de ministre en charge de l’Agriculture et celui de la Santé sous feu Général Eyadéma.

Après la mort du dictateur, L’aueur de Ministres avec Eyadema reprend les marches avec le Fils Faure Gnassingbé, sous la coupole de député, avant d’être rappelé à la tête du ministère de la Santé jusqu’en 2013.

Son passage récurrent au ministère de la Santé, retiendra à son actif l’état moyenâgeux des hôpitaux publics du pays, sans compter les innombrables scandales de détournement de fonds de celui de l’OMS, surtout l’affaire des moustiquaires imprégné, un dossier qui, jusqu’à nos jours, n’est pas encore publiquement élucidé par la justice. L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) s’en est plainte sans cesse.

Depuis le début de la crise, certaines personnalités du parti UNIR sont soupçonnées de financer des individus armés qui sèment la désolation lors des manifestations de l’opposition. Ces soupçons se confirment lorsque Yark Damehame, cadre du parti UNIR, ministre de la Sécurité et de la Protection civile qualifiait ces groupes armés de « Groupes d’auto-défenses », tout en arguant contre toutes les attentes que l’Etat ne pouvait rien contre ces personnes qui semaient la désolation au milieu de la population.

Peut-être que ce parti UNIR avait réellement besoin de sagesse dont le bureau national a été installé à Kara, murmure-t-on dans l’opinion.

Dans ses premiers mots, le président « des sages » de UNIR attaque l’opposition

« S’ils avaient des sages avec eux, leur comportement eut été tout autre. La sagesse et le concept utilisé pour qualifier le comportement d’un individu qui montre de la conscience de soi, de la tempérance, la prudence, la sincérité et le discernement, le tout appuyé sur un savoir raisonner. Vous avez tout cela, mesdames et messieurs les sages de UNIR », dixit Charles Kondi Agba, faisant allusion à l’opposition.

Après le congrès général, celui des femmes, des jeunes et des sages, faut-il s’attendre à un autre ? Seul le temps édifiera.

A. Lemou

Source : www.icilome.com