http://gtaassurancesvie.tg

La perspective alléchante d’une rencontre entre Lionel Messi et Cristiano Ronaldo a naturellement dominé la préparation du match entre les champions français du Paris Saint Germain et un onze saoudien All-Star, le 19 janvier à Riyad.

Mais ce match amical est un autre exemple de l’influence croissante des pays du Golfe dans le sport – et cela va bien au-delà de la décision d’organiser ce match d’exhibition en Arabie saoudite.

Depuis 2011, le PSG appartient à des investisseurs qataris liés à la famille royale du pays et l’injection de liquidités qui en a découlé a permis d’amener au club des superstars mondiales comme Messi, Kylian Mbappé et Neymar.

Ronaldo les a affrontés dans le cadre du Saudi All-Star XI grâce à sa décision de signer un contrat de deux ans et demi avec le club saoudien Al-Nasr qui lui rapporterait plus de 200 millions de dollars (121 milliards 295 millions 570 mille FCFA).

Un fan a même payé 2,6 millions de dollars (1 576 842 400 FCFA) aux enchères pour un billet pour le match d’exhibition, soulignant le pouvoir d’achat qui déplace de plus en plus l’influence du football mondial de l’Europe et de l’Amérique latine vers le Moyen-Orient.

Auparavant connues pour l’acquisition d’actifs plus traditionnels à l’étranger, tels que des propriétés et des entreprises, les puissances régionales comme l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar s’intéressent de plus en plus à l’industrie du sport, ce que les experts considèrent comme un effort diplomatique de « soft power » mêlé à un désir de diversification économique.

Le football européen

Le PSG n’est pas le seul grand club européen contrôlé directement ou indirectement par des pays du Golfe.

La première grande équipe à avoir été achetée est Manchester City en 2008. L’équipe de Premier League anglaise a été acquise par le milliardaire Sheikh Mansour bin Zayed Al Nahyan, membre de la monarchie émiratie.

Ces dernières années, la liste s’est allongée avec la transaction la plus controversée – l’acquisition d’un autre club de première division anglaise, Newcastle United, par le Fonds d’investissement public d’Arabie saoudite.

Cette opération a suscité une controverse au Royaume-Uni, qui s’est focalisée sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Critique du prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed bin Salman, il a été tué alors qu’il visitait le consulat saoudien à Istanbul en octobre 2018.

Les agences de renseignement occidentales pensent que le prince héritier saoudien a ordonné le meurtre – une allégation qu’il a fermement démentie.

La prise de contrôle n’a été autorisée que lorsque des « assurances juridiquement contraignantes » que l’État saoudien ne contrôlerait pas le club.

En plus de prendre des participations dans des équipes, les pays du Golfe ont également accueilli des matchs importants et signé d’énormes contrats de sponsoring.

L’Arabie saoudite a investi dans la promotion d’éditions spéciales de matches de football européens, tels que les Super Coupes d’Italie et d’Espagne, qui ont toutes deux été jouées à Riyad.

La compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, Emirates, a conclu des accords de parrainage de plusieurs millions de dollars avec les géants Real Madrid et AC Milan.

Les grands événements sportifs

L’organisation par le Qatar de la Coupe du monde de football masculin de 2022 est l’exemple le plus visible de la volonté des pays du Golfe d’accueillir de grands événements sportifs, mais ce n’est pas le seul. L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Qatar et Bahreïn accueilleront tous des Grands Prix de Formule 1 lors de la saison 2023.

Le Qatar a accueilli des championnats du monde de sports aussi variés que la natation, l’athlétisme et la gymnastique.

L’Arabie saoudite a également accueilli plusieurs combats de boxe très médiatisés et des événements de catch de la WWE. Il y a même eu des rumeurs (fortement contestées) selon lesquelles la marque de divertissement sportif de catch pourrait être vendue à un propriétaire saoudien.

Le saint Graal olympique

L’organisation de la Coupe du monde de football par le Qatar – qui, de l’avis de beaucoup, s’est déroulée avec succès – devrait rendre plus probable l’organisation d’autres événements sportifs majeurs dans le Golfe.

L’Arabie saoudite envisagerait une candidature collective avec l’Égypte et la Grèce pour l’organisation de la Coupe du monde 2030 et les initiés du sport pensent que Doha, la capitale qatarie, est prête à se porter candidate pour les Jeux olympiques et paralympiques d’été de 2036.

La ville a déjà été candidate à deux reprises, mais les excellentes infrastructures et liaisons de transport présentées lors de la Coupe du monde de l’année dernière pourraient bien donner aux Qataris un nouvel atout.

Et n’oubliez pas les Jeux olympiques d’hiver : en octobre dernier, l’Arabie saoudite a obtenu le droit d’accueillir les Jeux asiatiques d’hiver de 2029, qui se dérouleront à Neom, une ville nouvelle de 500 milliards de dollars (303 billions 238 milliards 920 millions FCFA) dotée d’une station de ski au milieu du désert et dont l’achèvement est prévu pour 2026.

Les énormes industries pétrolières et gazières de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Qatar et de Bahreïn leur ont donné la puissance financière nécessaire pour rivaliser au plus haut niveau de l’administration sportive mondiale, mais cela n’a pas été sans susciter des critiques.

Ainsi, le Qatar a fait l’objet de critiques virulentes à l’approche de la Coupe du monde 2022 en raison de son bilan en matière de droits de l’homme, notamment en ce qui concerne les droits des travailleurs et les droits des LGBT.

L’émir du pays, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, a répondu en disant qu’il trouvait disproportionné l’examen auquel son pays était soumis : « Depuis que nous avons gagné l’honneur d’accueillir la Coupe du monde, le Qatar a été soumis à une campagne sans précédent à laquelle aucun pays hôte n’a jamais été confronté. »

Mais si les critiques peuvent continuer, l’énorme croissance des pays du Golfe jouant un rôle dans le sport mondial semble devoir se poursuivre.

Avec bbc