Au Togo, le prix des loyers inquiète!

Fléaux sociaux depuis de plusieurs décennies au Togo, les maux autour de l’habitation et de la location ne sont toujours pas encadrés par une législation idoine.


Un grand vide juridique autour duquel la LCT (Ligue des Consommateurs du Togo) interpelle de nouveau le Parlement du Togo. La LCT a effectué cette nouvelle sortie via un communiqué.

Communiqué de la LCT appelant à l’adoption d’une loi réglementant le secteur de l’habitation et de location au Togo

“La Ligue des Consommateurs du Togo (LCT) souhaite par ce communiqué attirer, une fois encore, l’attention des parlementaires sur les difficultés que rencontrent les citoyens dans leur quête de logement.

A LIRE AUSSI:Taxi : au Togo, c’est une championne

En effet, au Togo, le secteur de l’habitation et de la location est à l’abandon et semble constituer le dernier souci des députés de notre pays depuis plusieurs décennies.

Pourtant, c’est un secteur social important dans une nation. Malheureusement, au Togo, la législation en matière d’habitat et de protection des locataires n’a pas évolué depuis 1960.

La démarche immobilière n’a pas non plus connu de réglementation jusqu’à présent. Cette situation donne lieu à des abus et escroqueries des prétendus agents immobiliers (démarcheurs ambulants).

De même, le montant des avances sur loyer reste trop élevé ; il n’existe aucun plafond en la matière au Togo. Ce qui complique davantage la situation des locataires.

A Lomé, les loyers des commerces, des bureaux et des habitations continuent de flamber depuis plusieurs années. Les personnes désirant louer un local pour leur commerce ou leur habitation sont soumises au versement d’avances sur loyers d’un an voire plus.

A LIRE AUSSI: Ouverture des églises et mosquées: ce qui se prépare

Les loyers mensuels quant à eux sont fixés selon le bon vouloir des propriétaires des maisons. Le secteur n’étant pas réglementé, ces derniers imposent aux locataires des conditions très difficiles.

Certains propriétaires animés de cupidité refusent carrément de louer à leurs propres concitoyens. Ils préfèrent les étrangers plus nantis et en mesure de s’acquitter des cautions d’un an et plus.

Cette anarchie devient un réel problème sociétal pour les citoyens togolais, d’autant plus que les conditions de vie d’un togolais lambda sont très misérables. Il lui est difficile de trouver de quoi se nourrir, voire payer des loyers.

C’est ainsi que le coût exorbitant du loyer contraint ceux qui vivent dans la précarité à se procurer des abris précaires dans des bidonvilles où ils se livrent à des vices sociaux dont les conséquences néfastes engagent la nation toute entière.

Et pourtant, depuis quelques années, les autorités en charge du secteur avaient promis aux Togolais une législation stricte fixant les obligations des parties afin d’éviter les abus.

A LIRE AUSSI: A Kara, des lutteurs veulent défier le coronavirus

En 2014 plus précisément, les autorités avaient annoncé un projet de code du bail qui prendra en compte le bail commercial et le bail d’habitation afin d’en finir, une bonne fois pour toutes, avec le caractère anarchique de la fixation des prix des loyers au Togo.

Et en 2017, le gouvernement avait annoncé qu’un avant-projet de loi était en préparation. Mais depuis là, rien. Ce qui amène la LCT à dire que le gouvernement donne l’impression de cautionner l’anarchie dans le secteur de la location.

Face à cette question brulante qui n’a que trop durée, la Ligue des Consommateurs du Togo appelle, une fois de plus, le gouvernement à prendre des dispositions pour réglementer le coût du loyer au Togo.

Elle interpelle les députés qui sont censés alléger les besoins sociaux des Togolais en apportant des solutions idoines en termes de législations, à agir d’urgence pour que le secteur de l’habitation et de la location soit réglementé.

A LIRE AUSSI: Litige foncier: le DG de Pyramide Fm dans de beaux draps

Le dernier vote du parlement au sujet de la loi portant sur « l’utilisation sûre, sécurisée et pacifique du nucléaire au Togo» est, aux yeux de plusieurs concitoyens, un sujet en déphasage avec les réalités afférentes à leurs préoccupations quotidiennes.

Même si certains tentent de justifier le bien-fondé de cette loi, la LCT estime que les préoccupations qu’évoquent constamment les consommateurs doivent désormais mériter l’attention des parlementaires.

La Ligue des Consommateurs du Togo invite donc l’Assemblée nationale à se pencher très rapidement sur l’adoption d’une loi sur le secteur d’habitation et de location au Togo”.

Fait à Lomé, le 15 Juin 2020

Pour la LCT,

Le Président

Emmanuel SOGADJI

Vous aimeriez voir ceci:

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.