Année Togo… Année Diaspora… Année Dignité…

17

Effectivement, il est grandement temps d’écouter nos défaites. Plus que nos succès et nos réussites, nos échecs passés nous enseignent mieux, et davantage encore. De Lomé à Paris en passant par Accra, nous nous sommes fait dire : « Nana Akufo Addo le président ghanéen, a rencontré tout le monde; les gros, les moyens et les petits », en préparation des négociations ultimes sur le Togo. Dorénavant, écoutons nos insuccès, nos déboires et nos improvisations constantes. Dans le camp des démocrates, choisissons l’essentiel POUR le Togo.

Année Togo… Année Diaspora… Année Dignité…

Les négociations politiques à venir tardent à advenir, justement parce qu’elles sont cruciales. Instruit par tous les échecs et désenchantements des dialogues politiques togolais antérieurs, nul n’a plus le droit d’entreprendre des discussions infructueuses sur le Togo, au Togo même ou ailleurs. Malheurs aux naïfs et aux pressés !

L’invouloir honteux de l’incorrigible Faure Gnassingbé –héritier des pratiques identiques du système de son père, l’entêtement éhonté du président togolais à nier l’évidence prophétique de son départ, son incapacité même à mériter le Togo et à s’élever à la dimension d’un chef d’État de son époque, cette faiblesse maladive de Faure Gnassingbé à tromper grands et petits, amis et ennemis, frères et sœurs, tout cela rend toujours, et toujours, l’aventure d’une énième négociation politique au Togo très ambiguë. Tout y passe. Tout se dit. Tout se rapporte. Tout semble n’être que réseaux sociaux. Tout s’allie. Tout se vend et se revend à chaud. Le spectacle doit continuer…

La diaspora à la négociation? Non, Merci!

Non! Il n’y a pas de spectacle au Togo ni autour du Togo. Heureusement d’ailleurs. Il n’y aura pas tout cet engouement au devoir du Togo ainsi que cette quête effrénée du changement, drastique, dans le seul brouhaha du spectacle et du jeu malsain. C’est la chance du moment que notre éveil est total, avec cette conscience que tout le monde n’est pas politique et tout le monde ne deviendra pas politique en amusant la galerie, en improvisant conciliabule ou association spectre. Pas de spectacle au Togo, dans la diaspora ou ailleurs!

Du doyen président du Nigeria à celui, jeune, de la France, en passant par leurs homologues de la Guinée, du Bénin, du Faso et tant d’autres; de monsieur et de madame Tout-le-Monde en marche au Togo pour leur dignité, du moindre whatsappeur jusqu’à l’illustre inconnu, en passant par tous les discrets ou flamboyants diplomates, chacune, chacun sait que les prochaines négociations doivent produire des résultats politiques tangibles au Togo, POUR le Togo.

C’est bien pour cela que Faure Gnassingbé et tous ses Adowuinon sont à la manœuvre. Brouiller les pistes. Malmener les citoyens. Refuser l’évidence des préalables. Rebrouiller les pistes. Semer le faux et l’illégitime. Introduire la zizanie. Sortir les fossoyeurs. Commander de faux articles aux journaux. Tromper la République, la vigilance, la société civile et la diaspora.

La diaspora togolaise à la « Table des négociations » du Togo nouveau à venir? Non, merci ! À ce dilatoire supplémentaire, et porteur des germes de nouvelles embrouilles, nous disons bien, très clairement : non, merci.

D’ailleurs les négociations sont, et elles doivent rester entre le pouvoir présidentiel et l’opposition des 14 partis politiques, en tête du combat pour la dignité humaine sur la Terre de nos aïeux et de nos enfants. Aucune place ne peut donc plus être laissée au hasard et au petit bonheur la chance, à la figuration et à l’imposture; aucune place au dévoiement et à l’auto affaiblissement des entités républicaines. Toute la confiance aux membres de la Coalition républicaine, et particulièrement de certains de leurs membres désignés et investis pour les discussions.

La diaspora républicaine fait confiance à la coalition

Pour autant, la dimension politique de la diaspora togolaise est vigoureusement actée. Depuis le Consensus de Chicago, cette affirmation politique fut courageusement proclamée, même si des togolaiseries n’ont pas aidé à en émerger une entité vitale définitive. Pour autant, la diaspora togolaise reste prête et porteuse d’une liste de personnalités aptes à assumer les exigences transitoires, hautement historiques, du passage du Togo à une nouvelle ère.

En prévision des querelles de chapelle, la diaspora togolaise reste un recours de choix, un vivier d’inestimables compétences et de volontés, une alternative managériale de qualité, de rigueur et de flexibilité qui n’a jamais renoncé au Togo. Cette diaspora par ses actes, ses choix et son dévouement a, sans nul doute, déjà acquis ses lettres de noblesse. Qu’elle se presse à une table de négociation n’est même pas une nécessité. À bien y regarder, il peut y avoir là un piège pour la faire trébucher elle-même, et au-delà tous les Républicains. La diaspora politique togolaise fait pleine confiance à la Coalition des 14 partis et surtout aux représentants à cette coalition.

Autant pour cette diaspora togolaise que pour les acteurs politiques, de l’extérieur des frontières nationales jusqu’au Togo profond, 2017 est génératrice d’une détermination et d’un renouveau qui n’ignorent pas les tribulations passées du Togo, celles de tous les échecs encore vivants. Également, 2017 renseignent abondamment et puissamment sur les sacrifices encore nécessaires au confinement des soubresauts derniers d’une hydre qui ne peut ne pas s’autodétruire, à moins que des esprits de clocher et des actes opportunistes leur viennent au secours.

C’est écrit : les Togolaises et les Togolais aussi se doivent un autre pays qu’ils ont plus que mérité après des décennies d’errance dans le désert infecté d’illusions et de tromperies. C’est écrit, et c’est d’ailleurs ce que rappellent toutes ces vies brisées dans « Écoutez nos défaites », pour qu’au Togo aussi, nous ne puissions résister à la « Tentation de l’impossible » qui a fait renaître tant de nations dans leur rendez-vous avec l’histoire.

C’est écrit : #FaureDoitPartir. Et Faure Gnassingbé a déjà déserté des responsabilités qu’il n’avait jamais su assumer autrement que par les trompeuses apparences et les ligatures oppressives. C’est bien pour cela que c’est écrit, qu’au passage de 2017, après les bastonnades, les brimades, les gaz lacrymogènes, après toutes les intimidations et arrestations, lorsque va arriver ce grand jour, ce grand soir comme un autre 27 avril de la grande dignité :

« Quand tu entendras, à l’heure de minuit, une troupe invisible passer avec des musiques exquises et des voix, ne pleure pas (…) Comme un homme courageux qui serait prêt depuis longtemps, salue le Togo qui s’en va. Surtout, ne commets pas cette faute : ne dis pas que ton ouïe t’a trompé ou que ce n’était qu’un songe. (…) comme un homme courageux qui serait prêt depuis longtemps; tu te le dois, ayant été jugé digne d’un tel Togo. (…) Ému, mais sans t’abandonner aux supplications des lâches, prends un dernier plaisir à écouter le son des instruments exquis de la troupe divine, et salue le Togo que tu perds. »

C’est la nuit la plus longue que tu perds… C’est un autre Togo de légitimité et de dignité qui naîtra… C’est tant mieux POUR le Togo!

7 décembre 2017

Pierre S. Adjété
Poitiers, France

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here