Alerte: une menace d’explosion plane sur Tabligbo

Le 4 août 2020, l’incendie d’une très grande quantité de nitrate d’ammonium stockée sans précaution dans un hangar du port de la capitale libanaise Beyrouth a provoqué une immense explosion, qui a fait plus de 200 morts et au moins 6 500 blessés.

Quelques mois après la gigantesque explosion provoquée par l’incendie, plus de 1.000 tonnes de matières chimiques dangereuses entreposées sans précaution ont été trouvées sur site et traitées. Seulement, la ville de Tabligbo court le même danger.

A LIRE AUSSI: Secret de Palais: combien gagne réellement Faure Gnassingbé par mois ?

Depuis l’explosion du 30 juin 2015, les responsables de la société de production de ciment Wacem ont-ils pris la mesure des recommandations et sécurisé les dépôts de nitrate d’ammonium ?

Il nous revient qu’une expertise internationale et des études réalisées démontrent que le risque d’explosion est très élevé dans cette entreprise sur les plans du personnel, de l’environnement et même un risque pendant sur le plan explosion avec un rayon d’effet léthargique estimé à plusieurs kilomètres.

Une pile de recommandations avait été édictée à l’endroit des premiers responsables de Wacem, dans le but de minimiser les risques d’explosion. Mais depuis quelques années, il n’y aurait plus de suivi de cette entreprise et plus personne ne peut témoigner sur l’état de mise en application des recommandations des audits réalisés. L’explosion d’août 2020 à Beyrouth renforce les inquiétudes chez ceux qui étaient au courant des audits. Les parties prenantes ont-elles pris leurs responsabilités pour conjurer cette sombre hypothèse au Togo ?

A LIRE AUSSI: Sérail: qui est Esso Gnassingbé, le cousin qui a signé l’arrêt de mort de Kpatcha ?

Malheureusement, nombreuses sont les entreprises et multinationales qui bénéficient des avantages fiscaux et autres, mais qui sont peu enclines à respecter les normes environnementales et sociales lorsqu’il s’agit de la protection des employés. Et le ministre de tutelle ne semble pas concerné par la précarité des conditions de travail. Sauf après survenue de sinistres comme celui du 30 juin 2015 ayant causé la mort de cinq personnes.

Joint au téléphone, le chargé de communication au ministère des Mines et des Energies nous a redirigé vers un comité mis en place à la préfecture de Tabligbo pour le suivi des recommandations. Quel est l’état de suivi des recommandations ? Il nous est rapporté que les conditions de stockage du nitrate d’ammonium ne seraient pas optimum. Aux responsables ministériels de rassurer les populations.

Liberté

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.