Alerte Coronavirus: les grosses erreurs du gouvernement de Faure

Depuis vendredi 24 janvier 2020, le Togo est en état d’alerte sanitaire. Suite à la généralisation de l’épidémie du Coronavirus qui a déjà occasionné le décès d’une centaine de personnes en Chine, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a demandé à tous les pays d’être en alerte. Lundi 27 janvier dernier, l’OMS a corrigé son évaluation de la menace qui passe à « élevée » à l’international. Au Togo, la gestion de cette épidémie par le gouvernent suscite des inquiétudes.

Sur la base de modèles mathématiques, des scientifiques de l’Université de Hong Kong estiment que le virus né à Wuhan, en Chine, affecte plus 40 000 personnes dans le monde. Apparu début décembre sur un marché de Wuhan, le coronavirus a déjà fait au moins 80 morts et près de 2.700 personnes ont été contaminées en Chine.

Des victimes sont signalées dans d’autres pays de la France en Australie. La Chine a prolongé, lundi dernier, le congé du Nouvel an dans l’espoir de retarder le pic d’affluence dans les transports et de réduire les risques de contagion. Certains pays dont la France ont prévu organiser « un rapatriement par voie aérienne directe » pour les Français de la région de Wuhan, épicentre de l’épidémie.

Au Togo, depuis la publication du communiqué lançant l’alerte sanitaire vendredi dernier, même si le gouvernement a laissé entendre que les dispositions sont prises aux points d’entrée aériens, terrestres et maritimes pour surveiller des voyageurs provenant des zones touchées, les populations ne disposent pas assez d’informations sur les manifestations de la maladie.

« Grippe ordinaire par fièvre brusque accompagnée de plusieurs autres signes comme maux de gorge, toux, difficultés respiratoires, écoulement nasal, fatigue intenses, maux de tête, douleurs musculaires », ont informé les autorités togolaises. Et c’est tout ! Pourtant ces signes, en somme, sont aussi la manifestation de petits bobos du quotidien. Alors, comment le citoyen novice peut-il détecter cette maladie en se basant uniquement sur ces signes ?

Aucune information sur les dispositifs…

Contrairement au Togo, certains pays ont communiqué aux citoyens les détails sur le dispositif mis en place. A titre d’exemple, en France, un accueil spécifique des voyageurs est mis en place aux aéroports de Charles De Gaulle et Saint Denis de La Réunion pour les vols en provenance de Chine, Hong-kong et Macao.

Cet accueil est assuré par des personnels d’associations agréés de sécurité civile, en lien avec le Service médical de l’aéroport renforcé de professionnels de santé médicaux et paramédicaux issus de la réserve sanitaire du Ministère chargé de la santé.

Des flyers en 3 langues (français, anglais et mandarin) sont remis à tous les passagers pour leur indiquer la conduite à tenir en cas d’apparition de symptômes, de façon à assurer une détection rapide d’éventuels nouveaux cas de coronavirus sur le territoire. Les personnels mobilisés pour cet accueil se tiennent à la disposition des voyageurs pour répondre à leurs interrogations.

Au Togo, aucune information n’a été communiquée sur les différents dispositifs. Par ailleurs, le numéro de renseignement sur le sujet, 22 22 20 73, ne donne aucune suite. Aucun dispositif à l’aéroport Gnassingbe Eyadema de Lomé pour ne serait-ce que pour détecter les cas suspects. Aucun dispositif non plus à l’intérieur du pays pour prendre rapidement en cherge d’éventuels cas suspects quand on sait que les symptômes de ce virus sont courants en ces temps de chaleurs surtout à l’intérieur du pays.

Une communication défaillante…

Comme toujours dans ce genre de situation, la communication du Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique est déplorable. En effet, comme susmentionné après le communiqué d’alerte, plus rien n’a été fait. Avec une population, majoritairement analphabète, l’on se demande combien de togolais ont reçu l’information. « Le ministère de la Santé aurait pu concevoir des messages dans certaines langues locales à diffuser sur différents supports sur toute l’étendue du territoire nationale », a suggéré un spécialiste en communication.

Avec un système de santé fragile, l’introduction de cette maladie au Togo serait, sans aucun doute, fatale à des centaines de nos concitoyens. Surtout qu’à l’heure actuelle, aucun vaccin n’a été officiellement élaboré pour venir about de l’épidémie.

Ce n’est pas la première fois que l’exécutif togolais fait preuve d’autant de laxisme sur des questions de santé publique. Si par le passé, il a réussi, tant bien que mal, à gérer certaines épidémies, cette fois le risque est très élevé au regard des échanges commerciaux quasi quotidien et la forte migration entre le Togo et la Chine.

Surtout que selon certaines sources, le virus serait déjà sur le continent africain avec un cas , un cas suspect annoncé en Côte d’Ivoire. Il s’agit d’une étudiante rentrée samedi dernier de Pékin. Il a présenté des symptômes de grippe. La femme de 34 ans est actuellement en isolement, ont déclaré les autorités ivoiriennes. S’il est confirmé, il s’agira du premier cas de ce virus mortel en Afrique.

Pour rappel, les coronavirus sont une grande famille de virus, qui provoquent des maladies allant d’un simple rhume (certains virus saisonniers sont des coronavirus) à des pathologies plus sévères comme le MERS ou le SRAS. Le virus identifié en Chine est un nouveau coronavirus. Il a été dénommé 2019-nCoV.

Fraternité No.345

Image en guise d’illustration

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.