Affaire du revenant de Tokoin: la fin de l’histoire!

C’est une affaire qui défraie la chronique actuellement et suscite la curiosité de plus d’un à Lomé. Un homme décédé et enterré il y a 4 mois serait revenu pour réclamer des cérémonies en bonne et due forme pour repartir une fois de bon.


Des cérémonies qui devraient coûter en tout 100 mille Fcfa. Mais vendredi, plusieurs témoignages ont permis de découvrir le pot aux roses. Le revenant en question est plutôt une jeune fille qui souffre des troubles mentaux. Son père réagit.

A LIRE AUSSI: À 9 ans, cet enfant fait des miracles à Djagblé

Personne ne voulait se faire compter l’histoire. Alors que le doute était déjà grand, il fallait se déplacer sur Tokoin-Dogbeavou pour voir le fameux revenant.

L’individu en question réclamerait, selon les premières interventions de la « veuve » de Augustin Kpadenou, qui a alerté le chef quartier, des cérémonies mortuaires dignes de son rang de prêtre vodou avant de repartir. Au final, le mort n’est jamais revenu à vie.

Mme Kpadenou a berné du monde

En effet, tout est parti de cette sortie de Mme Kpadenou qui a entraîné toute une ville. Et à y voir de prêt, la célèbre veuve, avec toute la peur des menaces proférées par le sieur Kpadenou avant sa mort, a vite cru en une répartition de son mari une fois qu’elle a aperçu la personne qui se fait passer pour le « revenant ».

A LIRE AUSSI: Curiosité à Lomé : « mal enterré », il ressuscite et exige 100 mille pour refaire ses funérailles

Selon Mme Kpadenou, le prétendu revenant a exigé des cérémonies qui devront coûter 100 mille Fcfa avant de disparaître de nouveau. Elle y croyait dur comme le fer et appelait d’ailleurs à l’assistance.

Augustin Kpadenou, prêtre vodou de son état avant son décès aura exigé des cérémonies dignes de ce rang. Sans quoi, il reviendrait dans la maison.

Des menaces qui ont poussé la veuve à croire à un retour de son défunt mari après que la jeune dame qui souffre des troubles psychiatriques s’est faufilée dans la maison et s’est introduite insidieusement dans le salon laissé ouverte entre temps par les enfants.

Devant l’affluence des milliers de personnes qui prenaient d’assaut le domicile des Kpadénou pour voir « le revenant », l’ingénieuse idée de coller un ticket d’entrée a vite fait son chemin. Le tarif était de 500 Fcfa. Les initiateurs de ce commerce ont engrangé le minimum.

A LIRE AUSSI: Marié à Chioma, Davido attend un enfant d’une autre femme

Mais très rapidement, les premiers doutes ont commencé à germer quand le fameux revenant qui parlait aux visiteurs, a commencé à manger et à même commander les menus. Le « revenant » prenait d’ailleurs sa douche et dormait dans la même chambre que la veuve et ses enfants.

Le régent du quartier a saisi la police qui est allée faire son constat. Il a d’ailleurs saisi les chefs supérieurs de Lomé. Le président des prêtres traditionnels du Togo était lui aussi au chevet du revenant.

Les faits et gestes du prétendu revenant ont fait dire à plusieurs qu’il s’agit d’une supercherie visant à se faire de l’argent.

Troubles mentaux

Tard dans la soirée de vendredi, le père du prétendu revenant de Dogbeavou a réagi. M. Guinwouya a expliqué que sa fille Jeannette n’est pas morte.

A LIRE AUSSI: Coronavirus au Togo : Une dame en quarantaine a voulu se donner la mort

« Elles sont des jumelles et souffrent des troubles mentaux depuis leur naissance. Il leur arrive de disparaitre pendant des mois et c’est ce qui est encore arrivé », a-t-il indiqué au Pasteur Edoh Komi.

En clair, celle qui se retrouve dans la maison des Kpadénou à Tooin-Dogbeavou n’est pas M. Kpadenou mort ressuscité.

Pour corroborer ce témoignage, un psychiatre du centre de santé mental d’Agoè-Nyivé a assuré que la jeune dame qu’on fait passer pour le revenant est en réalité une patiente de l’hôpital où il intervient.

Togobreakingnews

Vous aimeriez voir ceci:

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.