Adressage des rues à Lomé : Ça cloche !

2
3055

 

Depuis quelques jours, la Municipalité de Lomé a pris sur elle de nommer les voies publiques dans la capitale. A première vue, c’est une bonne chose. Ceci pourrait permettre aux gens de repérer rapidement les quartiers et s’y rendre sans trop de difficultés. Cependant, quand on voit un peu l’identité attribuée à ces rues, on tombe parfois des nus.

Tout porte à croire qu’on manque cruellement d’imagination dans l’attribution des noms à ces voies publiques. On se demande le but visé par ceux qui nomment ces rues dont leur évocation seule fait parfois peur aux gens. « Moi, quand on met ça dans mon quartier, la petite plaque disparaîtra le lendemain. Il faut qu’on arrête de nous prendre pour des bêtes dans ce pays », a indiqué un citoyen.

« Rue Anaconda », « rue des Lézards », « rue des Mangotiers » (l’on ne sait même pas ce qu’on veut dire par cette rue), « rue de la virginité », « rue des Crapeaux », etc. Des noms qui, parfois, répugnent. Et lorsqu’on veut, peut-être exceptionnellement, adresser une voie avec le nom d’une célébrité, on l’écorche, au grand dam des élèves et étudiants qui habitent le quartier.

« Nous nous demandons si c’est nous qui n’avons pas bien étudié la littérature africaine ou c’est la Municipalité qui nous induit en erreur. C’est grave si ceux qui doivent laisser des informations à notre portée, sur la base d’une recherche poussée, font de l’amateurisme et nous laissent des choses dont eux-mêmes ne sont pas sûrs », a indiqué un étudiant résidant à Aflao-Gakli.

Ce dernier réagit au nom donné à une rue de son quartier. « Rue Hampaté Bas », c’est qu’on lit sur l’adresse. Visiblement, l’on veut attribuer le nom de l’écrivain et ethnologue malien, Amadou Hampâté Bâ à cette rue.

Ces genres de rue, on les trouve dans beaucoup de quartiers ces derniers jours. Elles portent des noms de reptiles, d’arbres et autres, mais ne sont pas écrits correctement. Et pourtant, ce ne sont pas des noms de figures de proue qui ont beaucoup pour ce pays qui manquent.

Sous d’autres cieux, ce sont les noms de personnalités qui ont consenti d’énormes sacrifices pour la liberté et l’indépendance de leur pays qu’on met sur les rues. Le Togo aussi en a assez. Mais on préfère donner les noms d’animaux, de reptiles, d’arbres aux rues.

On remarque dont une absence criarde d’esprit de créativité et d’imagination pour rendre désirables les voies publiques, ne serait-ce que par les noms qu’on leur donne. Cette misère imaginative fausse déjà cette noble ambition de nommer les voies publiques. Les responsables des structures d’Etat qui sont derrière cet adressage des voies peuvent encore se ressaisir.

I.K

 

Source : www.icilome.com

2 COMMENTS

  1. Rien d’étonnant, c’est ce qu’on peut voir quand des marchés pareils sont partagés entre des amis, de surcroît gré à gré confiés à des individus non lettrés et sans la moindre notion de littérature. Sans imagination ni créativité.
    Alors que ce pays regorge d’ experts en communication BTP qui ne demandent qu’ à mettre leur compétences, créativité et savoir faire au service de la national

  2. Dans chaque quartier et dans chaque von , il y’a de jolies maisons , des grandes personnes qui y habitent,
    donnez aumoins les noms de ces personnes á vos rues.
    Bonne idées pour l’adressage des rues mais reverifiez les noms

Comments are closed.