Vulnérabilité des veuves au Togo, Espérance et Vie relance le débat

163

L’association Espérance et vie resserre les liens entre ses membres à l’occasion de la commémoration du 23 juin, journée mondiale des veuves. C’était lors d’une grande rencontre qui s’est déroulée jeudi à Lomé.

Si des efforts ont été consentis par les acteurs non gouvernementaux et ceux gouvernementaux en matière de la conception du veuvage au Togo dans le but d’humaniser les rites de veuvage, il demeure aussi vrai que les personnes frappées de veuvage voient toujours leurs histoires changées et deviennent plus fragiles.
C’est donc dans le but de réfléchir sur les divers points de la problématique du veuvage dans la société togolaise que Espérance et vie a tenu la rencontre. L’idée est d’aider les personnes en situation de veuvage à garder ou retrouver le goût de la vie.

« Apprendre à partager malgré la fragilité son histoire avec les autres. Réapprendre dans la solidarité avec d’autres personnes, l’espérance et la vie », a rappelé aux membres la présidente de l’association, Marie Thérèse Poyodi.

En l’absence d’une réelle protection sociale, Espérance et vie s’est donnée pour vison d’accompagner les veuves dans la prise en charge de leurs familles respectives.

Absente des statistiques, inaperçue par les chercheurs, négligée par les autorités nationales et locales et la plupart du temps ignorée par les organisations de la société civile, la situation des veuves est en réalité invisible. Néanmoins, certains chiffres indiquent que les veuves avoisineraient le 1/10ème de la population togolaise.
Rappelons que la « Journée internationale de la veuve » célébrée le 23 juin, a été instituée par une résolution présentée par le Gabon et adoptée par consensus lors de l’Assemblée générale des Nations unies en décembre 2010. Le but est de sensibiliser l’opinion et d’obtenir une meilleure défense des droits des veuves dans le monde.

TogoBreakingNews.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here