Vie personnelle, homme controversé, star des stars tout savoir sur Koffi Olomidé

La star congolaise de la rumba, Koffi Olomidé, Antoine Agbepa Mumba à l`état-civil, est née le 13 août 1956, en République démocratique du Congo d`un père congolais et d`une mère sierra-leonaise et congolaise. Ce guitariste-chanteur-compositeur de génie est également appelé par ses fans le Rambo, le Grand Mopao, Mopao Mokonzi, Quadra Koraman, Mopao Sarkozy, le Jeune Pato…

Lire aussi:Le géant du luxe LVMH “suspend” Fenty

Enfant, Koffi Olomidé voulait devenir footballeur. Mais c`est vers 1978, durant ses vacances à Kinshasa (il revenait de la France, où il était allé étudier), qu`il enregistra ses premières chansons. L`année 1983 marquera le début d`une aventure musicale qui commence avec la sortie de l`album Ngounda. Trois ans après, il crée un groupe, le Quartier Latin International, dont il est le chef.

Il connaît le succès, notamment par le nombre d`exemplaires vendus, avec son album Noblesse oblige sorti en septembre 1993 pour lequel il recevra son premier disque d`or pour 100000 exemplaires vendus ce qui lui vaudra pour la seconde fois consécutive d`être consacré Meilleur chanteur aux Africa Music Awards. L`Olympia le 29 août 1998|en musique le Zénith 7 novembre 1998|en musique, Bercy le 19 février 2000|en musique faisant de lui premier artiste africain à avoir rempli la plus grande salle de France (plus de 15000 personnes) en one man show.


Son travail lui a valu, outre cinq disques d`or (1994, 1999, 2000, 2002, 2008) quatre trophées aux Kora Awards en 2002 en une soirée et le titre de Meilleur artiste de la décennie en 2005 toujours aux Kora awards. Il est l`un des douze artistes musiciens africains, le seul congolais, à avoir été cité dans les 1001 albums qu`il faut avoir écoutés dans sa vie. Son dernier album sans nom (Bord ezanga kombo en lingala), sorti en août 2008, est disque d`or en France, moins de trois mois après son lancement mais celui-ci est interdit 7 mois après sa sortie, de vente et de diffusion par la commission nationale de censure de la RDC puis autoriseé un mois plus tard.


Son groupe a connu beaucoup de mouvement de départ des musiciens, dont certains ont réintégré le groupe comme Modogo, Suzuki, Mboshi, Bourro Mpela le chef d`orchestre adjoint et choréographe de Quartier Latin, Babia, Blanchard. Le dernier départ est celui de Fally Ipupa “chef d`orchestre de Quartier Latin”, après son album Droit chemin.

Fin des années 1970 et début des années 1980

Enfant, Koffi Olomidé qui habite un quartier populaire de Kinshasa, écoute la rumba congolaise de Franco Luambo, Grand Kalle, Vicky Longomba, Tabu Ley Rochereau.

Koffi Olomidé apprend grâce à l`aide d`un voisin à jouer de la guitare, il n`est alors âgé que de 13 ans. Son père, Charles Agbepa, aurait préféré une carrière dans l`administration. Mais poussé par sa mère et surtout par son grand frère Johnny Co, il intègre petit à petit le milieu de la musique congolaise et c`est ainsi qu`il se fait remarquer par un des leaders de la formation Zaïko Langa Langa, vers le milieu des années 1970. Ce leader n`est autre que Papa Wemba, ami de son frère aîné qui est impressionné par le talent d`auteur/compositeur de ce jeune. Une amitié se lie alors entre les deux hommes. Mais, ayant décroché le bac, Koffi se voit obligé d`aller poursuivre ses études en France. Mais à toutes les vacances, il retourne au pays.
C`est lors de l`un de ses congés qu`il enregistre Onia, son premier 45 tours, qui ne connaît pas de succès. En 1977 avec Asso et Princesse Synza le font connaître des mélomanes zaïrois.

Le groupe Zaïko Langa Langa, miné par des querelles, se sépare de Papa Wemba. Désormais seul, celui-ci contacte Olomidé, qui composera des chansons pour la carrière solo de Papa Wemba.


Le jeune Olomidé, âgé de 22 ans, se voit décerner en 1978, le titre de meilleur auteur-compositeur grâce au titre Anibo, un duo Wemba & Koffi sous le label Viva la Musica. Il s`ensuivra, 20 années plus tard, un conflit entre les deux hommes.

Koffi Olomidé poursuit ses études en Europe ; il sort diplômé en science commerciale en 1980, son thème de mémoire s`intitule La Commercialisation de la richesse minière du Zaïre, un atout pour celui-ci ?. Il part chez lui, ne trouve pas de travail, et décide de retourner en Europe.

Milieu et fin des années 1980 : naissance d`une star
Lorsqu`il retourne au Zaïre, Koffi Olomidé est connu, principalement du fait de sa collaboration avec Papa Wemba quelques années plus tôt. C`est dans ce cadre que sort en 1983, l`album Ngounda (Exil ou exilé) qu`on peut considérer comme son tout premier album, dans lequel il fait appel à du TP OK Jazz de Franco Luambo. L`album rencontre un succès mitigé mais Koffi récidive un an plus tard avec Lady Bo avec la participation de King Kester Emeneya.

C`est en 1985 que la carrière de Koffi est lancée, à la sortie de l`album Diva. Un album travaillé par l`arrangeur Rigo Moya dit “Rigo Star”. Toutefois ses premiers textes, qui plaisent aux filles n`accrochent pas beaucoup les hommes. Koffi Olomidé déclare que le Tcha Tcho (aussi appelé « Soukous Love »), son style de musique, est pour les jeunes filles (Tcha Tcho, pona yo mwana mwasi). L`année suivante, en 1986, il sort l`album Ngobila, l`album le plus écouté à ce jour de son répertoire. Mais à sa sortie, il ne connait pas beaucoup de succès. La chanson qui donne le titre à l`album raconte l`histoire d`un homme, debout sur le quai du port, qui voit son amour partir pour un voyage et qu`il n`est pas sûr de revoir un jour.


Lire aussi:« C’est ma plus belle performance »

Koffi, devient dans l`imaginaire des femmes, jeunes comme adultes, l`homme et (…) Lire le reste sur une autre presse


Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.