Université de Lomé: les enseignants menacent d’aller en grève

Les vieux démons sont sur le point de se réveiller à l’Université de Lomé suite à une annonce de la présidence de l’Université de Lomé portant sur une diminution de salaires des Enseignants du Supérieur payés depuis un trimestre.

Réuni en Assemblée Générale vendredi 07 février 2020, les membres et sympathisants du Syndicat de l’Enseignement Supérieur du Togo (SEST) ont décidé après avoir constaté l’échec de toutes les tentatives de médiation pour arrêter le processus de diminution de leur salaire, de partir en grève dans les jours à venir.

En effet, le 6 août 2019 les syndicats de l’enseignement supérieur ont signé un accord avec le gouvernement qui s’est engagé à solder le reliquat de l’accord du 3 novembre 2011 portant revalorisation de salaire prime et indemnités.

Le gouvernement s’est engagé dans cet accord à liquider le reliquat de l’accord du 3 novembre 2011. Conformément à cet engagement, le gouvernement a versé les deux tranches dont une première en octobre et une deuxième versé sur le budget de 2020.

Ainsi, suite au versement de la première tranche, la présidence de l’université de Lomé a commencé par payer les salaires revalorisés à hauteur de 15% sur les salaires et 25% sur les primes et indemnités, et ce, conformément à l’accord du 6 août 2019.

Ce payement est effectif depuis fin novembre 2019 jusqu’à ce janvier 2020 soit 3 mois de paye notamment novembre, décembre 2019 puis janvier 2020.

Cependant le 10 janvier 2020 la présidence de l’université de Lomé à saisie les syndicats par courrier annonçant un réaménagement dans la mise en œuvre dudit accord pour le traitement des salaires de son personnel alors même qu’elle l’a appliqué depuis un trimestre. Ce réaménagement consiste désormais à payer les salaires avec une revalorisation à hauteur de 5% à partir du mois de février contrairement aux 15% appliqués depuis la fin novembre 2019.

Ce mécanisme consiste donc à diminuer les salaires payés depuis un trimestre à l’université de Lomé et vient ainsi remettre en cause le principe de droit acquis.

Une décision qui crée des grincements de dents au sein des Enseignants du Supérieurs depuis son annonce.

Les membres et sympathisants du SEST soulignent au passage que non seulement la présidence de l’université de Lomé a refusé de prendre en compte le changement de la valeur indiciaire décidé par le chef de l’État pour les agents de la fonction publique dans le traitement des salaires de l’ensemble de son personnel, elle se permet de diminuer les salaires des enseignants du supérieur à partir de la fin du mois de février

Après avoir constaté l’échec de toutes tentatives de médiation avec la présidence de l’université, le SEST a saisi le gouvernement le 28 janvier 2020 sur la décision de la présidence de l’université de Lomé.

Les membres et sympathisants du SEST soulignent qu’à partir du moment où le gouvernement a honoré son engagement en versant les deux tranches pour solder les reliquats de l’accord du 3 novembre 2011 conforment aux termes de celui de l’accord du 6 août 2019, il n’éxiste plus de raisons pour que la présidence de l’université de Lomé refuse d’une part de reverser intégralement aux bénéficiaires leur dû en guise de rappels pour 2019 et d’autre part que les nouvelles dispositions sois prise en compte pour le traitement des salaires comme acquis disposant pour l’avenir.

Suite à cette analyse, les Enseignants du Supérieur exigent le payement immédiat et sans conditions des rappels des salaires revalorisés et payer depuis fin novembre 2019, et ce, conformément à l’accord du 6 août 2019 signé entre le gouvernement et les syndicats du supérieur.

Aussi le retrait pur et simple du mécanisme de diminution unilatérale annoncé par la présidence de l’université de Lomé sur la fin du mois de février 2020. Sans cela, la grève sera effective à l’Université de Lomé la semaine prochaine.

L’assemblée générale du 7 février a été l’occasion pour le Syndicat de l’Enseignement Supérieur du Togo (SEST) de réaffirmer son engagement et sa volonté d’œuvrer pour l’émergence d’un cadre d’enseignement et de recherche qui réponde aux besoins nationaux en matière de développement socio-professionnel et économique durable de notre pays le Togo.

Nous reviendrons sur les dates exacts retenues pour la grève et sur la suite de cette guerre froide entre Administration de l’Université et Enseignant Supérieur.

Linterview.info

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.