Un prisonnier nigérian décède à la prison civile de Lomé

509

Incarcéré voilà bientôt six ans, Nwandiké Chaco est mort le 3 avril dernier. De nationalité nigériane, la cinquantaine, celui-ci a été condamné à 10 ans de prison lors des dernières Assises de Lomé. Seulement, Nwandiké Chaco ne finira pas de purger sa peine.

L’information a été donnée par l’organisation de défense des droits de l’homme Asvitto. Et selon l’Asvitto, la surpopulation carcérale et le manque de soins adéquats sont les premières causes de ces décès intempestifs.

« L’environnement inhumain des prisons reste sans nul doute une des principales causes de ces pertes de vies humaines, au problème de la surpopulation carcérale (400% à la prison civile de Lomé), s’ajoutent une chaleur caniculaire dans les cellules, une absence de structures médicales et soins appropriés et un manque d’entretien des locaux », lit-on dans le communiqué.

Aussi les détentions préventives sont une autre cause. Pour le cas d’espèces, c’est après six de détention que le verdict de sa condamnation tombe. Durant ce temps, il meurt à petit feu dans l’enfer de la prison. Et Asvitto d’ajouter : « D’autres aspects comme la lenteur des procédures judiciaires et corolaires sont également comptables de ces événements douloureux car ils affectent moralement et psychologiquement les personnes en détention ».

L’Asvitto « invite les autorités gouvernementales à l’ouverture d’une enquête en vue de situer la famille et toute l’opinion sur les circonstances du décès de sieur NWANDIKE CHACO, et de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour corriger ces graves manquement dans les lieux de détention conformément aux recommandations de l’Examen Périodique Universel (EPU) et du Sous-comité pour la prévention de la torture (OPCAT) ».

M E

Source : www.lomechrono.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here