Un policier tué lors d’une fusillade avec des malfrats

147

Une fusillade entre bandits et policiers s’est soldé
par un mort. Un certain Djakiss, habitué à la prison civile, a ouvert le
feu, à plusieurs reprises, sur des éléments de la Police venus
l’interpeller. La riposte lui a été fatale.

Lire aussi:Drame: un nouveau né volé au CHU Sylvanus Olympio

Les faits se sont déroulés aux premières heures du mercredi 11 septembre 2019, à Korhogo, précisément au quartier Cocody. Nous sommes en terre ivoirienne.
La traque de la bande de Djakiss commence ce mercredi, à la suite de l’attaque d’une agence de transfert d’argent, au Nouveau quartier. Des témoins qui suivent le braquage, alertent la préfecture de Police et le commissariat local qui mettent en route deux équipages de la brigade anti criminalité (Bac).

Lire aussi:Drame: un étudiant jardinier mort noyé dans une piscine à Wuiti

Lorsque ces policiers font une descente musclée sur les lieux du braquage, une partie de leur boulot est faite par C.S., le vigile de ladite agence. Il avait déjà neutralisé l’un des lieutenants de Djakiss, du nom de T.S. Au grand jour, il est connu à Korhogo comme étant un bouvier exemplaire. Mais la nuit, il enfile son manteau de braqueur.

Un ratissage est dès lors engagé dans l’intention de rattraper les autres malfrats. Les éléments de la Bac mettent le grappin sur S.Z. Il jure être un simple acheteur de produits agricoles et n’être mêlé ni de près ni loin à ce braquage. D’ailleurs, selon lui, il ne s’y connaît pas en armement. Mais fouillé au corps, il est trouvé sur lui, un fusil de fabrication artisanale de type calibre 12. Pressé de questions,  « l’acheteur de produits agricoles » crache le morceau. Il est en réalité l’un des membres du gang de Djakiss. Il dénonce et livre son « patron » qui est à Cocody.

Aussitôt, un équipage se déporte sur les lieux. Mais l’homme qui, apparemment, a senti le coup, tente de s’échapper. Au même moment arrive la Bac. Les sommations pour lui dire de s’arrêter n’ont pour seule réponse qu’une fusillade qu’il lance en direction des policiers.

Lire aussi:Drame: un jeune garçon trouve la mort dans une bagarre

La riposte des policiers est fatale à Djakiss qui est tué sur le champ. La fouille minutieuse de son domicile permet de saisir un billet de sortie de la Maison d’arrêt et de correction de Korhogo. De son vrai nom C.D., Djakiss a été condamné le 30 janvier 2017 à 2 ans 6 mois de prison pour vol aggravé. Libéré le jeudi 4 juillet 2019, il a reconstitué sa bande. Les policiers ont également saisi deux armes et trois munitions.

TGT avec Linfodrome

Source : Togoweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here