Un mystérieux cargo togolais

92

Quand il rencontre Donald Trump à Singapour, ou le secrétaire d’État américain Mike Pompeo à Pyongyang, ou encore Vladimir Poutine cette année à Vladivostok, le leader nord-coréen Kim Jong-un débarque immuablement en grosse limousine : une Rolls-Royce Phantom ou une Mercedes blindée dernier cri. 

Mais comment Kim Jong-un se procure-t-il ces véhicules si exclusifs, alors qu’en théorie un embargo sur les « produits de luxe » imposé à la Corée du Nord par le Conseil de sécurité de l’ONU en 2006 est toujours bel et bien en ­vigueur, se demande le quotidien français Le Figaro dans une enquête publiée vendredi qui s’appuie sur les recherches du Center for Advanced Defense Studies (C4ADS, Centre d’études sur les questions de défense).

Le journal tente de lever un coin du mystère. Et les choses sont pour le moins compliquées.

Les derniers véhicules achetés en Europe par la Corée du Nord ont été acheminés en Chine, puis les conteneurs sont partis pour le Japon où ils ont été transbordés sur un navire en partance pour Busan en Corée du Sud.

A peine arrivée à Busan, la cargaison s’est retrouvée sur un cargo battant pavillon togolais en route pour Nakhodka, un port situé sur la côte extrême-orientale de la Russie, non loin de Vladivostok.

Tout indique que les limousines de Kim ont ensuite été débarquées en Russie par le cargo togolais, puis acheminées jusqu’à leur destination finale par avion.

Ce circuit opaque est compliqué à démêler, et il est difficile pour les enquêteurs de d’obtenir des preuves irréfutables, explique Le Figaro. 

Le centre d’études américain fournit les références du navire battant pavillon togolais DN5505 (IMO 8630708).

______

Le Figaro du 19 juillet 2019

Republic Of Togo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here