Toogo: après une attaque meurtrière au Nord, l’armée appelle à «ne pas céder à la panique»

Forces armées togolaises

Au lendemain d’une violente attaque au Togo contre plusieurs localités dans la région des Savanes, le président Faure Gnassingbé est retourné samedi 16 juillet dans le Kpendjal, un calme précaire règne. Les populations désemparées s’interrogent et l’armée appellent « à ne pas céder à la panique » après cette attaque, qui a eu lieu en pleins rites de passage à l’âge adulte, à Kara.

Faure Gnassingbé est retourné samedi dans le Kpendjal pour la deuxième fois en 24 heures, la situation étant toujours délicate et fragile.

Ces attaques « coordonnées et complexes », comme l’a affirmé l’État-major des armées dans un communiqué publié samedi, ont « fait plusieurs morts et quelques blessés », qui ont été « transférés vers des structures hospitalières spécialisées pour des soins appropriés ». L’armée appelle enfin les populations « à ne pas céder à la panique ».

Sur le terrain, le calme est revenu et les populations s’interrogent désormais sur ce qui leur est arrivé : selon un habitant de Blamonga, des hommes armés sont rentrés dans le village, où ils ont ciblé certaines maisons, puis ont kidnappé des hommes pour les égorger non loin de là. « C’est une attaque ciblée contre certaines personnes, et les armes pour assouvir ce dessein funeste sont des armes blanches. S’agit-il d’un message ? », s’interroge l’interlocuteur.

Pour Gerry Taama, député de l’opposition, les festivités des Evala, un rite de passage à l’âge adulte qui a lieu à Kara, auraient dû être interdites au public pour éviter les attaques

Le gouvernement pour sa part assure, dans un communiqué, qu’il prendra « de nouvelles mesures » dans le cadre de l’état d’urgence en vigueur pour renforcer la sécurité des personnes et des biens.

Me Raphaël Kpande-Adjare, ancien président de la Ligue togolaise des droits de l’Homme et Président du Mouvement Conscience Mandela, se dit pourtant insatisfait de la réaction des autorités togolaises aux attaques dans le nord du pays

Mgr Dominique Banlène Guigbilé, évêque de Dapaong, se trouve quelques jours hors de son diocèse, mais dit être « sous le choc » après l’attaque meurtrière de plusieurs villages du nord du pays.

Source : icilome.com