Togo : WILDAF-AO au secours des femmes d’Ebeva pour la garantie de leurs droits fonciers et de propriété


Garantir l’accès et le contrôle des femmes sur leurs droits fonciers et de propriété, c’est l’objectif que s’est fixé WILDAF-AO en partenariat avec OXFAM, PLAAS et la Plateforme Régionale des Organisations Paysannes d’Afrique Centrale (PROPAC) au travers du projet WIGRAD financé par l’UE au bénéfice des communautés rurales des pays d’Afrique centrale et occidentale tels que le Togo.

Selon les us et coutumes de nombreux peuples africains, une femme ne peut bénéficier d’un bien foncier. Sous prétexte que ce dernier deviendra une propriété de la famille de son futur mari. En vue de changer les mentalités et permettre aux femmes d’accéder aisément à la propriété foncière, le WIDGRAD forme les communautés rurales sur l’importance de la garantie du droit foncier aux femmes.

Vue partielle des participants

C’est dans ce sens qu’une séance de réplication du WIDGRAD s’est tenue à Ebeva, une ville située dans le canton de Témédja au centre du Togo, avec l’ONG ‘Autopromotion rurale pour un développement durable’ (ADHD) de HIHEATRO.

ADHD fait partie des nombreuses ONG rurales formées par WILDAF-AO pour sensibiliser et outiller les populations sur l’importance de l’accès de la femme à la propriété foncière et son implication dans la prise de décisions relatives aux investissements à grande échelle dans les communautés.

L’activité s’est déroulée en présence du chef du village de Ebeva, Remi Olobi Ekpetche III, de ses anciens, de la représentante de OXFAM, Mme Grace Ananda et des représentants du PROPAC, Messieurs Noah Bertrand et Atangana Emmanuel sans oublier le staff du WILDAF-AO.

Séance de formation

Après avoir expliqué la thématique à travers des illustrations, les organisateurs ont permis aux participants notamment aux femmes d’exprimer leurs points de vue et difficultés sur le sujet afin de pouvoir les accompagner dans la mise en œuvre du projet.

Elles ont été entretenues sur les instruments juridiques auxquels elles peuvent recourir tels que le DUDH, la convention sur l’élimination de toutes les discriminations à l’égard des femmes (CEDEF) et le code des personnes et de la famille togolais.

Au sortir de la séance, Abassa Akou Yda, une habitante de Ebeva nous a confié être très heureuse pour cette séance de travail et l’impact qu’elle aura sur leur droit à bénéficier des biens fonciers dans un futur proche.

Photo de famille

WILDAF-AO et ses partenaires comptent étendre ce genre d’activités à d’autres communautés du Togo dans les jours à venir.


Source : l-frii.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.