Togo-Victoire Biaku engagée dans la campagne S’Aimer au Naturel 2022

L’artiste de la chanson togolaise Victoire Biaku, lauréate de la saison 2 de The Voire Afrique francophone, a répondu aux questions du confrère Penseesnoires et MyAfricaInfos portant sur la campagne « S’Aimer au Naturel 2022 ».

Victoire BIAKU, merci de votre engagement dans la campagne « S’Aimer au Naturel2022 ». En tant qu’artiste de la chanson togolaise, peut-on dire que vous marchez sur les pas de grandes voix de la musique de votre pays à l’instar de la regrettée Bella Bellow ?

Bonjour à toute l’équipe de Pensées Noires magazine et MyAfricaInfos. Merci pour cette campagne magnifique. Oui ! j’essaie au mieux de marcher sur les pas des grandes voix de la musique togolaise, notamment celui de Bella Bellow. Elle m’inspire beaucoup et je pense qu’elle fait cet effet à plusieurs artistes de mon pays.

Votre parcours montre que vous avancez sans tricher en exigeant beaucoup de vous, de la compétition Internationale The Voice Afrique Francophone au VB Label, qu’est-ce-qui a changé ?

Déjà il y’a VB label qui est né et quatre (4) singles sortis. Une victoire plus déterminée que jamais, on y est et on va continuer.

Le VB Label ne chôme pas, après les sorties de « Dé Afo » et « Milon Mianoewo », vous avez offert le 14 février dernier un nouveau single à vos fans « Reviens à moi », on parle d’amour avec un grand A ?

« Reviens à moi » à la base était une voix qui retentissait tout au fond de moi comme un appel de Dieu me disant de ne pas m’éloigner de lui, de revenir à lui, qu’il ne me juge pas …Après dans l’écriture j’ai voulu exprimer ma désolation à un être aimé. J’ose croire que le message est passé (rires).

Quel est le défi de VB Label Victoire BIAKU ?

Le défi de VB label c’est d’atteindre tout d’abord les objectifs que le label s’est fixé à court et à long terme. Pouvoir apporter aux jeunes talents ce que nous on n’a pas pu avoir, et bien entendu aller jusqu’au bout des projets conçus pour ma carrière.

Vous avez déclaré lors d’une interview avoir été victime d’injures au sujet de votre couleur de peau comme quoi elle était sale, racontez-nous ?

Oui effectivement, jusqu’à présent ça continue d’ailleurs. Depuis toute petite ça a été des injures sur injures sur ma couleur de peau. On m’avait même surnommé ayiboèvi blacky, on m’a traité de vilaine parce que je suis noire de peau (rires) ça a l’aire drôle en le disait n’est-ce-pas mais quand on s’arrête un moment pour y repenser c’est triste ce genre d’attitude vous ne trouvez pas ?

Evidemment de tels comportements sont à banir de nos sociétés, et justement comment avez-vous surmonté ces moments car il faut avouer que cela a perduré dans le temps ?

J’ai surmonté tout cela grâce à l’éducation que ma mère m’a donnée, est l’un de ses propos qui lui est cher, « s’accepter comme on est, et faire avec ce qu’on a ».

Aujourd’hui vous militez en faveur de la valorisation de la peau noire et de la culture du naturel, comment vous y prenez-vous ?

En commençant par sensibiliser les miens, la famille les amis et proches et je ne manque pas de passer le mot aux gens dès que l’occasion m’est donnée lors d’une rencontre, des interviews sur les médias, j’avoue que c’est devenu une habitude, dès que je le peux j’en parle.

Dans votre vie de tous les jours comment manifestez-vous cet engagement du naturel ?

Dans ma vie de chaque jour, quand je me mire j’admire ma peau, je renouvèle cet engagement du naturel, vêtement, tresse, parures etc.. à vrai dire c’est devenu un principe de vie, rien est forcé.

Comment entretenez-vous votre peau et la cosmétique bio est – elle un choix adéquat pour vous ?

Je n’ai pas vraiment une routine en tant que telle, l’essentiel pour moi est de bien hydrater ma peau. J’utilise souvent le beurre de karité, aussi simple que ça (rires).

Avez-vous des conseils maison ou potion de grande mère pour l’entretien de la peau ?

Conseils maison (rires) vous savez je ne suis pas trop chichi alors je ne perds pas trop mon temps sur les détails à vrai dire (rires) mais quelques astuces quand j’ai de petits boutons et autres, j’utilise de l’aloé verra dont j’extrais le gel à intérieur et que je passe sur le corps, ou du citron mélangé avec du miel que j’utilise très souvent.

Que répondez-vous à ceux qui disent que le choix du naturel n’est pas attrayant pour une femme noire de couleur de peau ?

Pour ceux-là qui pensent que le choix du naturel n’est pas attrayant pour une femme de peau noire, je dirai plutôt que c’est eux qui constituent un problème de base et qui poussent les gens à s’adonner à la dépigmentation et à d’autres pratiques du genre. Tous ces propos poussent les gens à manquer de confiance en eux même ; Les femmes doivent se valoriser telles qu’elles sont parce que quelqu’un qui vous aime devrait vous accepter tel/telle que vous êtes.

Victoire BIAKU qu’est-ce-qui vous a motivé à participer à la campagne s’aimer au naturel 2022 ?

Ce qui m’a motivé à participer à cette campagne c’est que malheureusement, je vois encore en ce 21ieme siècle des jeunes sœurs s’adonner à la dépigmentation, c’est donc renier sa propre nature et identité juste pour plaire aux autres et c’est triste. A chaque fois que l’occasion m’est donnée de sensibiliser dans ce sens, je suis partante comme je l’ai dit plus haut ceci pour toucher ma communauté et bien entendu toucher d’autres personnes d’ailleurs. Il n’est pas anormal d’être naturel mais c’est plutôt vertueux de garder ses valeurs.

Revenons à la musique, des projets pour cette année en dehors des titres sortis ?

Effectivement cette année il y’a beaucoup de projets qui germent dans ma tête et ma prière est que le ciel nous garde en bonne santé pour pouvoir les concrétiser. Je reviendrais vers vous en parler au bon moment.

Dans sept jours exactement, le 8 Mars, Journée Internationale de la femme, le monde célébrera la femme à nouveau, quel est votre sentiment en tant que femme de cette époque ?

08 Mars, Journée internationale de la femme, en tant que femme de cette époque je suis fière de mes apports personnels dans ma société et autour de moi. Et cette journée la lumière est mise encore plus sur la femme, on accorde beaucoup plus la parole à la femme et dans certains secteurs on commence à accepter de plus en plus de femmes ce qui n’était pas le cas quand on regarde dans le rétroviseur il y’a quelques années. Je suis fière de faire partie de cette génération qui impulse le changement et j’espère que la génération future fera également mieux qu’aujourd’hui.

Victoire BIAKU pour finir, un mot à l’endroit des femmes du monde en général et d’Afrique en particulier ?

Comme mot de fin, à toutes les femmes du monde je souhaite leur dire de rester fortes et garder la tête sur leurs épaules ; Aussi de s’aimer telles qu’elles sont car sans l’amour pour soi c’est difficile de transmettre de l’amour autour de soi. Nous les femmes nous sommes appelées à éduquer nos enfants et donc cultivons des valeurs. Ne délaissons pas notre culture au détriment d’autres cultures qui ne sont pas les nôtres. Soyons cette clé protectrice de nos valeurs pour pouvoir les transmettre à la génération future. Merci à toute l’équipe de Pensées Noires magazine et MyAfricaInfos pour ce moment de partage et cette belle campagne qu’est « S’Aimer au Naturel » car le naturel est ce que nous sommes.

Source: penseesnoires.com

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.