Togo – Une dictature finit toujours par tomber, selon Godwin Tété

Même si elle donne des signes de résistance à tous les mouvements organisés à son encontre, la dictature finit toujours par tomber. C’est ce qu’explique Godwin Tété à travers cette analyse.

LA PLUS CORIACE DES DICTATURES FINIT TOUJOURS PAR S’ÉCROULER ELLE AUSSI !!!
Par Godwin Tété

« Le pouvoir ne rend pas fou, il révèle, au sens photographique du terme, les traits pathologiques qui ont mené à sa prise, et il en permet l’expression sans trop de risques pour celui qui s’en est emparé »

Observant les soubresauts socio-politiques à compter de l’année 2011, dans certains pays du « Sud », c’est-à-dire à partir de ce que l’on appelle depuis lors le « Printemps arabe », nous remarquons que les masses laborieuses n’entendent plus guère supporter des roitelets égocentriques assoiffés de pouvoir à vie. Cette observation s’applique parfaitement (!) à mon propre pays : le Togo.

Voilà pourquoi, à la veille de la soi-disant « élection » présidentielle du 22 février 2020 chez nous, notre compatriote – bien haut en couleur – Georges Togoata Apédo-Amah écrit à peu près ceci : « On ne gomme pas une dictature militaire avec des bulletins de vote ». Et moi je partage tout à fait cette affirmation.

Mais notre truculent concitoyen n’a pas indiqué comment une dictature – surtout militaire – peut s’effondrer.

Or, peu de temps seulement avant Togoata, dans le numéro 3504 de l’hebdomadaire parisien « L’Express » du 29 août au 04 septembre 2018, p. 26, l’intellectuel, le politologue, l’écrivain français bien connu Jacques Attali écrit : « L’Histoire nous apprend que les dictatures s’effondrent dans trois cas : si le peuple n’a plus peur qu’on lui tire dessus et vient envahir les palais des puissants, comme ce fut le cas en Roumanie ; si les puissants eux-mêmes décident de ne plus tirer sur leurs habitants, comme on a pu l’observer en Union soviétique ; ou enfin si une invasion venue de l’extérieur aide une résistance intérieure à en finir avec les tyrans ».

Ici, il me semble que Jacques Attali a omis un quatrième cas : celui de la chute de Moussa Traoré renversé au Mali par un coup d’État militaire en 1991…

En somme, tout ce qui a un commencement a toujours une fin ! Alors, nos roitelets post et néocoloniaux devraient sérieusement (!) méditer cette Vérité ontologique.

PEUPLE TOGOLAIS ! DU COURAGE !!!

Paris, le 26 octobre 2020

Godwin Tété-

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.