Togo: Une date, le 13 janvier, deux marches « circonstancielles», à chacun sa réforme

49

Des militants de UNIR Search UNIR et de l’opposition

Dimanche 14 Janvier 2018 – La journée du 13 janvier 2018 au Togo Search Togo a été particulière et riche en évènements politiques dans les rues de Lomé, la capitale, et dans plusieurs autres de l’intérieur du pays. Ces évènements on été enregistrés au moment où la coalition de l’opposition est annoncée en Guinée et au Ghana en début de cette semaine afin de réévaluer les voies et moyens à chercher pour résoudre la crise politique qui perdure dans le pays

Pour les faits sur le terrain, hier samedi, le parti au pouvoir, Union pour la République (UNIR) et la coalition des 14 partis de l’opposition au Togo Search Togo ont organisé plusieurs marches.

Pendant que les cadres et militants de UNIR Search UNIR ont affirmé leur soutien à la politique du Président Faure Gnassingbé et renouvelé leur appel à un dialogue sans préalable ni condition, ceux de l’opposition se sont rappelés le souvenir de Sylvanus Olympio, le premier Président du Togo Search Togo assassiné il y a 55 ans et réitéré leurs exigences entre autres le retour à la constitution de 1992, le vote de la diaspora et la libération des détenus politiques.

Comme annoncé, vêtus des couleurs du parti UNIR Search UNIR et de l’effigie du Président Gnassingbé, cadres et militants ont marché à l’intérieur du pays dans les villes de l’intérieur comme Tsévié, Dapaong, Kara, Bassar, Tchamba, Sotouboua et Atakpamé pour soutenir le pouvoir, sa politique de gestion dans le développement et dans la paix et surtout les initiatives annoncées pour parvenir à des reformes consensuelles.

Dans une déclaration lue à Tchamba, Ousmane Katafara, un militant du parti UNIR Search UNIR a déclaré que « nous… demeurons convaincus que seul un dialogue sans préalable ni condition fallacieuse constitue la voie du progrès et de sortie de crise. Nous invitons à cet effet, toutes les parties prenantes à œuvrer dans ce sens ». Outre cet appel, des cadres du parti ont réitéré leur appel à l’organisation d’un referendum constitutionnel.

Si le ton de l’appel lancé tire à une politique de changement graduel chez UNIR, les leaders et militants de l’opposition qui se sont retrouvés à Lomé dans des villes de l’intérieur comme Hahotoé, Tabligbo, Atakpamé, Badou, Kpalimé et Anié ont réclamé le retour à la Constitution de 1992 mais aussi l’entame du dialogue tant annoncé afin de sortir le Togo Search Togo dans l’exception qui le caractérise dans la sous-région.

Dans la droite ligne de leurs manifestations, les femmes de la coalition de l’opposition ont annoncé une manifestation pour le samedi 20 janvier 2018 à Lomé et ont invité leurs fils, frères et maris à se ranger derrière elles pour mener la lutter un pour un changement démocratique à bon port.

Sur l’idée de l’organisation du référendum que soutient le pouvoir ne séduit pas la coalition, Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition a laissé entendre que force reste à la volonté populaire pour le destin du pays et que la consultation électorale en projet ne pourra aboutir.

Dans les coulisses de la diplomatie et par rapport aux initiatives qui se prennent par le Guinée et le Ghana en vue de réunir les acteurs socio-politiques togolais autour d’une table de discussion, des leaders de la coalition de l’opposition sont annoncés pour ce lundi à Conakry chez le Président Alpha Condé et le mardi à Accra chez le Président Nana Akufo-Addo.

Selon une indiscrétion proche de la médiation ghanéenne, le pouvoir et l’opposition parlent au nom du peuple et réclament son bien-être mais chacun campent sur sa position. Dans l’espoir de faire évoluer les choses, les uns et les autres sont priés de faire des concessions pour permettre au pays de tourner la page des réformes institutionnelles et constitutionnelles.

Mensah, Lomé

– Joindre la rédaction togolaise de koaci.com à Lomé: (+228) 98 95 28 38 ou [email protected]

Koaci.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here