Togo- Un opposant « enlevé »

L’opposant Djimon Oré n’est plus à présenter. Le président du Front des Patriotes pour la Démocratie (FPD) a été « enlevé » à son domicile, dans la journée d’hier jeudi, par des agents de la gendarmerie.

Selon les informations, cette arrestation fait suite à sa sortie médiatique de à l’occasion du 27 avril 2021, fête de l’Indépendance du Togo.

En effet, lors de sortie médiatique, l’homme politique a dressé un bilan sombre des 61 ans de l’Indépendance du pays. « Le bilan en termes de sang versé, en termes des patriotes togolais assassinés par la Françafrique à travers le régime barbare, le régime militaro-clanique des Gnassingbé, est négatif. Le nombre de compatriotes assassinés au Togo dépasse largement les victimes du génocide de Rwanda », a lancé d’entrée Djimon Oré.

Et d’ajouter : « Sur le plan économique et financier, le pays est en retard. Sur le plan politico-social, la population togolaise est divisée, instrumentalisation ethnique. Un seul groupe ethnique instrumentalisé par la Françafrique pour clochardiser les autres. Voilà le bilan ».

L’ancien cadre de l’Union des Forces du Changement (UFC) a dézingué au passage « l’armée d’occupation » du régime des Gnassingbé.

Selon lui, l’indépendance du Togo n’a duré que trois ans. « Depuis le 13 janvier 1963, date d’assassinat du premier Président togolais, Sylvanus Olympio, par les demi-soldes de la Françafrique, le pays est devenu un camp de concentration Nazi. Donc on ne peut plus parler d’Indépendance », a-t-il poursuivi.

Visiblement, cette sortie salée n’a pas plu au régime. L’homme politique a été interpelé dans la journée d’hier à son domicile. Et la liberté d’expression recule de jour au jour au Togo.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.