Togo, Tronçon Super Taco-Econof : La face cachée d’une ville urbanisée

110

Togo, Tronçon Super Taco-Econof : La face cachée d’une ville urbanisée

On se demande à plus d’un titre, à voir nombre d’endroits de la capitale abandonnés à eux-mêmes, si les autorités qui gouvernent le Togo voient réellement ce qui se passe dans leur pays. On se demande si leur place vaut encore son pesant de portefeuille, quand on sait que c’est pour servir leurs concitoyens qu’ils sont aux premières loges de la gouvernance.

On se demande encore et pour les mêmes raisons, si les CDQ prennent vraiment la mesure du rôle qu’on leur a confié, à savoir veiller à une bonne tenue des quartiers respectifs dont ils ont la charge. Ils sont à des kilomètres de leur objectif et, loin de s’amender, continuent de laisser en rade « ces milieux urbains », quoique ! Il faut toujours que l’inondation vienne rendre leur vrai visage aux routes.

Le quartier Nukafu est entre autres un bouillon de culture où l’insalubrité le dispute à l’incivisme, ce dernier auquel on reconnaît certains de ses habitants. Si les jets de sachets sont désormais rentrés dans les mœurs et que c’est de guerre lasse qu’on appelle aux bons réflexes, le long des rails de Super Taco ne paie pas de mine, et cela depuis le début de la saison des pluies.

Des rails sis à la Direction générale de Moov, à la station communément appelée Econof, la rue Joseph n° 65 n’en finit plus de défrayer la chronique. Le long de cette rue offre le pitch de tout ce qui peut exister d’incivique, d’immonde et de pénible pour les usagers mêmes de cette voie, s’il faut appeler ce tronçon voie : excusez du peu ! Un chemin autant marécageux que boueux, parsemé de trous béants qui font dévier les motocyclistes, rendant ainsi périlleux un chemin depuis longtemps impraticable.

Les touffes d’herbe apportent leur écot pour bien compliquer la tâche des piétons. Cette partie, souvent négligée et où quantité d’accrochages se produisent, reste la face cachée d’une ville dont les dirigeants clament l’urbanisation. Le gouvernement a fait ci, le gouvernement a inauguré ça… Mais à quoi bon crier à tous les échos quelques actions si les citoyens n’y trouvent pas leur comptent et ne sentent pas dans leur vie ces actions ?

Le mieux serait d’éviter aux pauvres populations toutes ces voies en butte à des inondations, comme celle que nous avons susmentionnée. On voit bien du reste comment les CDQ travaillent. Qu’ils sortent de leur hibernation pour le bien des populations.

Source : Le Correcteur

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here