Togo, Transhumance : A Aglamasoè/Tohoun dans le Moyen-Mono, une répression sauvage de la soldatesque de Faure fait plusieurs blessés graves parmi la population…

#tdi_17_5e8 .td-doubleSlider-2 .td-item1 {
background: url(https://www.27avril.com/wp-content/uploads/2020/05/blessures-au-bras-violence-policiere-aglamasoe-moyen-mono-togo-80×60.jpg) 0 0 no-repeat;
}
#tdi_17_5e8 .td-doubleSlider-2 .td-item2 {
background: url(https://www.27avril.com/wp-content/uploads/2020/05/violence-policiere-aglamasoe-moyen-mono-togo-douilles-de-grenade-lacrymogene-80×60.jpg) 0 0 no-repeat;
}
#tdi_17_5e8 .td-doubleSlider-2 .td-item3 {
background: url(https://www.27avril.com/wp-content/uploads/2020/05/colere-de-la-population-apres-violence-policiere-aglamasoe-moyen-mono-togo-80×60.jpg) 0 0 no-repeat;
}

Le lundi 18 mai 2020, l’atmosphère était tendue à Aglamasoè, une localité située sur la route de Tohoun dans le Moyen mono. Les populations ont été victimes d’une répression de la part de la police. En effet, les forces de l’ordre, une dizaine selon les témoignages, ont opéré une décente musclée dans ce village pour arrêter des jeunes soupçonnés d’avoir abattu quelques bœufs apparentant à des Peuhls.

Face à la résistance de la population, ces agents ont fait usage des gaz lacrymogènes et de balles blanches blessant au passage plusieurs personnes dans le village. Les populations ne digèrent finalement pas le fait que ces Policiers payés par le contribuable se retournent contre leur propre frère face à des étrangers qui ont dont les animaux détruisent leur plantation.

Il faut signaler que le problème de transhumance est très délicat. Malheureusement, depuis plusieurs années, le gouvernement peine à trouver une solution adéquate.

Colère de population de Tohoun au lendemain de la répression

Au lendemain de cette situation, qui a occasionné plusieurs blessés graves , et face à l’effet dévastateur de la Transhumance des peuhls à Tohoun, une forte mobilisation des populations s’est retrouvée, ce mardi 19 mai, à la mairie de Tohoun pour exprimer leurs ras-le bol. Des agriculteurs et agricultrices du canton de Tohoun ont organisés un grand meeting à la mairie. Lire l’intégralité du communiquer

Mot d’indignation des agriculteurs et agricultrices du canton de Tohoun

Respecté maire de la commune Moyen-mono1 aux grand maux les grands remède trop c’est trop .

Monsieur le maire.

Nous sommes devant vous ce matin du 19 mai 2020, nous, agriculturs et agricultrice du grand canton de Tohoun, non pas pour vous jeter des fleurs parce-que vous gérez bien notre commune, mais pour exprimer notre ras-le bol face à l’envahissement démesuré des peuhls des villages du canton de Tohoun. les peuhls dont leurs bétails ne font que dévaster nos cultures de saison en saison nous exposent à la famine. Comment comprendre que des boeufs dévastent nos cultures et quand Nous nous présentons au commissariat ou à la gendarmerie pour nous plaindre, paradoxalement nous sommes incompris.

Si on ne nous enferme pas on nous obligé à payer des amandes.

Monsieur le maire,

C’est avec nos cultures contenues à la sueur de nos fronts que nous arrivons à nourrir nos familles et payer la scolarité de nos enfants.Nous somme dépassés des abus des peuhls avec ma complicité de nos autorités locales y compris vous monsieur le maire. Notre fils

Quand on est dépassé, il faut avoir le courage de dire non

Hier lundi 18 mai 2020, un évènement mémorable s’est produit à D’aglamassoe où la paisible population à avalé des gaz lacrymogène de la police de la ville de Tohoun,parce qu’elle a osé dénoncer les abus des boeufs des peuhls.

Monsieur le maire,on piétine mes droit et quand j’ose protester , on me gaz. Nous ne comprenons rien.
C’est pourquoi nous voudrions vous dire que le sentiment à trop duré et qu’il faille vous aracher la vérité en face. Quand on n’est pas d’accord , on dit non!

Si vous.vous profitez des fruits des peuhls dont leur bétails dévastent entièrement nos cultures, nous autres agriculteurs et agricultrices du canton de Tohoun, nous nous somme exposés à la famine. C’est pourquoi nous vous invitons à transmettres à qui de droit , les recommandations suivantes:

1. Que la police ou la gendarmerie rétablisse la justice et cesse de nous prendre pour animaux sauvages à abattre sans sommation.

2. Que mes peuhls quittent définitivement notre canton , sans condition au seul cas nous ferons d’eux nos ennemis: ou bien ils nous chassent ou bien nous les chassons.

Fait à Tohoun, le19 / 05/2020
Pour les agriculteurs et agricultrices

Porte-parole

Source : Kpatimanews

Source : 27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.