Togo-Terrorisme : ASVITTO déplore l’absence de mesures anticipatives

L’Association des victimes de la torture au Togo s’est prononcé mardi sur les attaques terroristes au nord du pays. Par communiqué, l’organisation a exprimé “ses vives émotions et sa compassion aux familles éplorées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés”. Assvito déplore par la même occasion, l’absence de mesures anticipatives dans les opérations menées par les autorités pour une protection efficace des populations. Cependant, elle fait des propositions pour “corriger l’échec manifeste constaté sur le terrain des opérations”.

COMMUNIQUE DE L’ASSOCIATION DES VICTIMES DE LA TORTURE AU TOGO (ASVITTO) RELATIF A L’INSECURITE GRANDISSANTE QUE VIVENT LES POPULATIONS DE LA REGION DES SAVANES

Les populations togolaises ont encore été endeuillées par une attaque toujours dans la région des savanes la nuit du 14 jusqu’au matin du 15 juillet 2022. Cette attaque a été particulièrement caractérisée par ses cibles et sa nature. Il s’est agi des populations civiles qui ont été visées à travers des méthodes d’assassinat d’une horreur inimaginable et bestiale.
L’ASVITTO exprime ses vives émotions et sa compassion aux familles éplorées et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Elle voudrait encourager les populations de la région des savanes confrontées à ces épreuves dramatiques, et apporter son soutien aux médias privés locaux pour les sacrifices dont ils font preuve en ces périodes particulièrement difficiles pour rendre compte de la situation à la population togolaise dans son ensemble.
Considérant avec inquiétude les communiqués du gouvernement et de l’état-major des Forces Armées Togolaises (FAT), l’ASVITTO est profondément perturbée par l’absence de mesures anticipatives dans les opérations menées par les autorités pour une protection efficace des populations.
Cependant, notant avec appréciation la décision des autorités gouvernementales qui entendent « prendre de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité des personnes et des biens » pour corriger l’échec manifeste constaté sur le terrain des opérations, l’ASVITTO les invite à :

  • Mettre en place une organisation renforcée destinée à développer des stratégies efficaces de réponses et d’anticipation pour éviter d’être toujours en réaction et commettre des bavures tragiques sur les populations civiles comme ce fut le cas à Margba.
  • Augmenter l’effectif des militaires au front et dûment les équiper d’outils et d’instruments de pointe, avec un commandement unique qui se base sur les renseignements des services secrets œuvrant de concert avec les renseignements des pays limitrophes de la région des savanes.
  • Tenir hebdomadairement un conseil de défense et de sécurité, y compris avec les élus locaux et les autorités de la région des savanes.
  • Rassurer la population par des patrouilles régulières et les associer aux processus de prise de décisions relatives à leur protection.

C’est l’occasion pour le Chef de l’État, Chef suprême des armées, de démontrer sa capacité à défendre la Nation en danger et de se hisser à la hauteur des responsabilités qui lui incombent en évitant la catastrophe qui semble se profiler à l’horizon.
L’ASVITTO est préoccupée par l’indifférence, l’insouciance et l’insensibilité des médias d’Etat vis-à-vis de l’insécurité que vivaient les populations de la région des savanes plus de 24 heures après les attaques meurtrières. La solidarité de la population togolaise à l’égard des populations de la région des savanes exige des médias publics, la couverture transparente des événements pour informer de façon objective la population. Les médias d’Etat ont l’obligation d’informer promptement et diligemment le peuple sur des sujets de grande importance comme la question relative à la sécurité et à la stabilité du pays. La gravité de la situation dans la région des savanes requiert une mobilisation des médias d’Etat qui doivent donner primauté à la protection des populations sur d’autres événements comme l’«Evala». La raison doit orienter les actions professionnelles lorsque le pays est en péril.

Par ailleurs, selon quelques recoupements, l’attaque dite djihadiste aurait d’autres causes en lien avec la corruption et la spoliation. Certaines sources évoquent qu’il pourrait s’agir des représailles de certains nomades d’origine peulh qui auraient été spoliés de leurs troupeaux de bœufs estimés à plusieurs milliers de têtes. L’ASVITTO prend au sérieux cette information et invite le Chef de l’État et les autorités gouvernementales à faire la lumière sur cette affaire de bœufs disparus qui pourrait avoir un rapport avec l’enlèvement et l’assassinat d’un autre peulh les jours qui ont précédé l’attaque. Seule une enquête judiciaire indépendante pourra situer l’opinion publique sur cette affaire. L’ASVITTO invite les partenaires du Togo, notamment le groupe des cinq chancelleries occidentales (G5) à accompagner les autorités gouvernementales en s’impliquant activement en vue de les exhorter à faire la lumière et prendre des mesures qui s’imposent pour un retour de la stabilité dans la région, car l’œuvre de la justice procure la paix, le repos et la sécurité durable.
Enfin, l’ASVITTO invite le gouvernement à prendre des dispositions urgentes pour une meilleure protection et une prise en charge des populations civiles qui fuient l’insécurité dans les villages pour s’installer dans les zones urbaines comme le confirment les autorités communales de Kpendjal 1 dans leur communiqué.

Fait à Lomé, le 19 juillet 2022
Pour l’ASVITTO
Le Président
M. ATCHOLI KAO Monzolouwè

Source : icilome.com