Togo / Téléfood : Combattre la dérive « cupidaire » de Noêl Bataka

23

Togo / Téléfood : Combattre la dérive « cupidaire » de Noêl Bataka

Petite anecdote : Le Japon a offert des milliers de tonnes de riz et de blé au Togo, d’une valeur de plusieurs milliards de FCFA pour lutter contre la faim et la malnutrition. L’histoire raconte que ces produits alimentaires ont été revendus et les fonds ont été affectés à l’achat des gaz lacrymogènes et des outils de défenses au profit d’un ministère qui en avait besoin. C’est une anecdote quoique fabuleux mais qui nous amène au but de cette chronique : « Téléfood : Combattre la dérive « cupidaire » de Noêl Bataka…»

Depuis quelques semaines déjà, il se développe avec une agitation particulière une grande publicité autour d’un projet de ministère de l’agriculture. Le concept est baptisé TELEFOOD, qui, dans l’exposé de son motif consiste à mobiliser des ressources pour faire émerger l’entrepreneuriat dans le secteur agricole à travers des initiatives complémentaires basés sur des concepts innovants appelés camp du futur, et on map.

Nous épargnons nos lecteurs de la barbarie littéraire, combien utopique, qui enveloppe ce projet du ministre Noel Bataka.

Avant d’apporter notre appréciation à ce concept, nous avons beaucoup réfléchi en nous posant beaucoup de questions sur sa pertinence.

Etant donné que tout le monde est emballé dans ce puits « sans fond » nourri d’une propagande sans égale, et construit dans des convictions assez naïves.

A un moment donné, nous nous sommes posé la question de savoir, si c’est le ministre Bataka qui est plus intelligent que tout le monde, ou bien c’est nous tous en plus du ministre qui ne comprennent rien de la logique ou c’est nous qui sommes aveuglés par la pertinence du projet ou encore c’est le projet qui est hautement convaincant pour être autant porté au pinacle de façon unanime.

Mais depuis que nous avons obtenu le document explicatif du projet flambé d’un budget de près de 800 millions de FCFA, nous avons découvert le niveau « cupidaire » et vénal du concept Téléfood.

Nous avons donc compris que le Ministre Bataka a lui aussi, trouvé la bonne formule pour construire son empire financier en piochant sur les ressources de togolais, déjà appauvris par une crise sociopolitique caustique et des partenaires obligés de soutenir le gouvernement dans des intérêts qu’on ignore.

Par expérience, les opérations Téléthon ou Téléfood comme le dénomme le Ministre se font dans des situations de graves crises : Séismes, Tsunamis, maladies graves, inondations, guerres, et autres fléaux qui affectent un partie d l’humanité démunie et qui a besoin d’une mobilisation rapide et efficace de fonds en vue de sauver l’existence vitale de cette population.

Cet historique du concept appauvrit radicalement le motif d’organisation par le ministère de l’Agriculture d’un Téléfood, le Togo, vanté par les autorité n’est pas en crise avec son record de taux de chômage de 3,5%.

Mieux, lorsque cette opération engagée se donne pour objectif de soutenir un millier d’agriculteurs jeunes dans le domaine de la transformation agricole, il y a lieu de se poser des questions sur le rôle et la responsabilité de l’État dans la promotion de l’entrepreneuriat, ne serait-ce agricole.

Le projet annonce que 27,5% d’enfant au Togo sont en état de malnutrition grave. D’accord. C’est justement pourquoi il est crée un ministère de l’action sociale qui devrait être doté d’un budget conséquent pour radier cette malnutrition. De quoi s’en mêle le ministère de l’Agriculture?

Par ailleurs, plusieurs partenaires en développement, notamment les ONG, les associations caritatives, les missions de coopération veillent sur la santé et la nutrition de la population. Le Ministère de l’agriculture du Togo se substitue-t-il donc aux organisations caritatives alors qu’il a un cahier de charge assez précis et un budget conséquent pour l’exécuter ?

Encore mieux, s’il y a une faiblesse dans la promotion de la nutrition et de l’entrepreneuriat dans le domaine agricole, revient-il donc à la population togolaise de porter le chapeau de cette irresponsabilité de l’Etat en cotisant pour corriger une carence d’Etat ?

Nous nous abstenons de qualifier l’initiative du jeune ministre d’escroquerie d’Etat, mais nous risquons de tirer ainsi la conclusion si le Gouvernement et sont Premier Ministre, si l’assemblée Nationale et ses députés et si tous les grands chercheurs en politique de développement semblent avaliser cette forfaiture qui n’est rien d’autre qu’un abus de confiance à l’endroit de la population.

Noel Bataka a hérité d’un ministère de l’Agriculture au chaos. L’ancien officier de l’armée, Ouro Koura AGADAZI avait réduit la gestion de ce ministère à une boutique de colas tant au niveau des ressources humaines qu’au niveau de la gestion financière.

Les premiers reflexes d’un nouveau ministre présenté comme brillant devrait être d’auditer le passif du ministère et de définir des stratégies intelligibles susceptibles de redresser un ministère nourri de milliards de la Banque mondiale, de la FAO, du PNUD, et de plusieurs Etat.

A ce jour, l’obsession qui affole le ministre est de réussir à mobiliser 800 millions de FCFA pour un Téléfood. C’est à la limite pathétique pour les énormes tâches qui jonchent le fonctionnement du ministère de l’agriculture.

Il faut donc aider à combattre cette dérive dangereuse pour la bonne gouvernance surtout que les détails du budget augurent un scandale financier : caravane et conférence de presse : 5,063 millions FCFA; cérémonie officielle : 4,551 millions FCFA, production de jeux : 130 millions de FCFA, abonnement Internet : 10 millions pour ne citer que ces rubriques.

Dans les projets l’on n’a jamais parlé d’évaluation, expliquer si les entreprises pour les 1000 employés deviendront leur propriété personnelle ou celle de l’Etat, comment tout cela sera suivi. Tout baigne dans une opacité déconcertante.

Il y a donc de bonnes raisons de mettre fin, et assez rapidement à cette arnaque déguisée dénommée Téléfood qui risque de gruger les citoyens qui ont l’expérience de la gestions des cotisations populaires dans ce pays (CAN 2013, 2017…)

Si on ne l’arrête pas, cela risquera de faire école dans les autres secteurs : par exemple, un jour, le Ministère de la sécurité lancera un projet Téléguns pour appeler les populations a mobiliser des fonds pour acheter les armes parce que le pays est menacé, ou bien le ministère de la fonction publique lancera son opération Télésalaires pour payer les salaires des fonctionnaires ou mieux le ministère de la santé ouvrira son opération Télémédicaments pour ravitailler les hôpitaux de produits essentiels pour les patients.

Il faut éviter le risque de tomber dans cette pagaille étatique propre au Togo et faire comprendre que l’Etat est organisé en ministères et en Direction pour s’occuper de toutes ces questions.

Point n’est besoin de harceler les populations et les partenaires dans une folle histoire de Téléfood destinée à combattre la faim et ses dérivés.

Le Togo dispose des richesses et l’Etat et est organisé à repartir équitablement ces richesses afin d’éviter que des couches sociales soient démunies et tentent de transformer des ministères de grandes prérogatives en des associations caritatives.

Combattre cette dérive de Noel Bataka servirait à protéger l’image du Togo que ses serviteurs dont Noel Bataka traînent dans la boue.

Carlos Ketohou

Source : L’Indépendant Express

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here