Togo-Prof. Kako Nubupko : « Je ne suis pas achetable »

Depuis qu’il a été nommé à la commission de l’UEMOA, Prof. Kako Nubukpo fait objet des critiques. Certains l’accusent d’avoir retourné sa veste. D’autres estiment qu’il serait instrumentalisé par la France. L’économiste togolais répond enfin à ses détracteurs.

Intervenant ce lundi sur les ondes de Victoire FM, le pourfendeur du Franc-CFA dit qu’il n’a pas changé de position et d’objectif. Il précise qu’il n’est nullement instrumentalisé par la France.

« Il n’y a personne derrière Kako Nubukpo, personne ne peut m’instrumentaliser, personne ne peut m’acheter. Il n’y a aucune confusion, il y a une stabilité, une constance et des convictions affirmées. Nos États ont investi dans notre formation, c’est pour qu’on soit au service du collectif. Si on ne travaillait que pour nous-mêmes, je crois qu’on serait bien au chaud dans certaines institutions depuis très longtemps », a-t-il affirmé.

L’ancien ministre togolais de la Prospective et de l’Evaluation des politiques publiques revient également sur les raisons qui l’ont poussées à accepter son poste au sein de la Commission de l’Union Économique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA).

« Personne ne m’a acheté parce que je ne suis pas achetable. Moi, je n’ai pas besoin de beaucoup pour vivre, je rends grâce à Dieu. J’ai travaillé à la commission de l’UEMOA entre 2009 et fin 2011 comme conseiller technique coton. L’agriculture, c’est quelque chose qui me tient à cœur. J’ai fait ma thèse de doctorat sur les déterminants de l’insécurité alimentaire en Afrique de l’ouest. Le chef de l’Etat (Faure Gnassingbé, ndlr) a souhaité que je reparte à la commission de l’UEMOA pour m’occuper du secteur de l’agriculture, des ressources en eau et de l’environnement. Ce sont des domaines très importants, ne serait-ce que pour la survie même de notre humanité », a-t-il expliqué.

Et d’ajouter : « Nous n’avons rien contre personne, mais nous ne sommes pas à la solde ou à la botte de qui que ce soit. Nous les enseignants-chercheurs, avons un devoir d’éducation des générations futures ».

Aux jeunes internautes qui le critiquent, Prof. Kako Nubukpo invite ceux-ci à « cesser de passer leur temps sur les réseaux sociaux ». « Il faut que les jeunes lisent, s’informent, s’éduquent et se cultivent. C’est comme ça qu’ils peuvent utiliser la connaissance comme arme d’émancipation, il n’y a pas d’autre façon de s’émanciper par la connaissance », a conseillé l’universitaire togolais.

Source : icilome.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.