Togo, Pays Guin : La « crise » autour de la prise de la pierre sacrée, finalement réglée?

1596

Dans l’optique de régler définitivement la crise qui secoue la communauté Guin autour de la prise de la Pierre Sacrée à Glidji Kpodji chaque année, le ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, Payadowa Boukpessi a pris l’initiative hier jeudi 30 juin 2016 à son cabinet ,en présence de Togbui Agokoli , Chef traditionnel de Notsè, Président des Chefs traditionnels du Togo , de Togbui Djidolé et du représentant du Préfet des Lacs, Hémadjro Edoh de rencontrer les protagonistes de cette crise à savoir : Gê Fiogan Sédégbé Foli-Bébé XV, Chef canton de Glidji, Togbé Ahawoto Savado Zankli Lawson VIII, Chef canton de la ville d’Aného et le Prêtre vodou Nii Mantchè ainsi que certains dignitaires de la tradition vodou dunpays en pays Guin de même que des certaines personnes ressources de la préfecture des Lacs.

Togo, Pays Guin : La « crise » autour de la prise de la pierre sacrée, finalement réglée?

Selon des sources bien informées, cette initiative a été prise par le ministre en charge des Cultes sur proposition du Président des Chefs traditionnels du Togo, Togbui Agokoli qui a été sollicité entre temps par les deux parties pour mener sa médiation à la résolution de cette crise incessante qui rebondie à l’approche de la prise de Pierre Sacrée chaque année chez le peuple Guin.

Au cours de la rencontre selon les mêmes sources, la parole a été donnée aux deux grands Chefs traditionnels de la préfecture des Lacs afin d’éclairer les autorités sur les mobiles qui sou tendent la suspension à vie du Prêtre Nii Mantchè de ses prérogatives du grand Prêtre de la Forêt Sacrée de Glidji Kpodji (Gbatchomé) reconnu comme tel pendant plus d’une vingtaine d’année.

Il est ressorti lors des débats après les exposés de l’accusation que c’est le titre « Grand Prêtre de la Forêt Sacrée de Glidji Kpodji » que le Chef traditionnel Gê Fiogan Sédégbé Foli –Bébé XV a conféré au Prêtre Nii Mantchè en son temps dont il jouit à ce jour qui pose problème. Alors que c’est qu’un titre honorifique qui n’a rien avoir avec l’initiation spirituelle de ce dernier. A en croire nos sources, Togbé Gê Fiogan n’a pas pu apporter la preuve dans le bref temps qu’il a pris la parole de ce qu’il reprochait à son ami d’hier qu’est le Prêtre Nii Mantchè. C’est Togbé Ahawoto Savado Zankli Lawson VIII qui a son tour est revenu selon nos sources sur certains faits dont la quintessence aussi reposait à l’assistance une autre approche de compréhension de ce que les deux grands Chefs traditionnels des Lacs reprochent au Prêtre Nii Mantchè au point de le différend est si grand et n’en finit jamais.

Au-delà de ce titre du « Grand Prêtre de la Forêt Sacrée de Glidji Kpodji » évoqué qui est à l’origine de la crise dont Togbé Gê Fiogan Sédégbé Foli-Bébé exige le retrait, aucun sujet d’accusation aussi de grandeur n’a été porté à la connaissance des autorités. Le Prêtre Nii Mantchè selon nos informations n’a pas discuté dans sa prise de parole à ce que ce titre lui soit retiré. Ce qui fuit fait séance tenante dans la décision finale. La paternité du grand Prêtre de la divinité MAMA KOLEY outre revendiqué par la famille AFANOU notamment sur le contrôle de la Forêt Sacrée de Glidji Kpodji a été aussi évoquée. Il ressort des débats que la divinité MAMA KOLEY selon les mêmes n’appartient pas à une seule famille au point qu’une des onze que comptent cette collectivité puisse s’arroger le droit sur les autres et de décider toute seule. Etant attendu que les autres donnent onction au Prêtre Nii Mantchè initié à cette fin à la tête de ce couvent entant que grand Prêtre MAMA KOLEY depuis des années.

Des discussions houleuses ont retenues l’attention des initiateurs de cette rencontre pendant plus de trois heures durant, souligne une autre source proche du dudit ministère. Pendant , certaines voix dont celle de la dame Paméla Koko Princesse aussi présente dans la salle à en croire nos indiscrétions ont voulu que les représentants de la famille AFANOU qui sont aussi étaient là mais interdits d’accès puisque le ministre estimait qu’ils n’ont rien avoir puisse venir donner les versions des faits. Sur ce dernier volé, après avoir retourné la parole à Nii Matchè, celui-ci a présenté des excuses à l’assistance et a accepté que Togbé Gê Fiogan Sédégbé Foli-Bébé reprenne son titre si et seulement ça qui posait problème.

Outre, il est relevé que tout au long des débats, l’accusation (Togbé Gê Fiogan Sédégbé Foli-Bébé XV et Togbé Ahawoto Savado Zankli Lawson VIII) n’a pas pu apporter des faits et éléments tangibles sur la base desquels le Prêtre Nii Mantchè a été sanctionné à vie et interdit de mener ses rituels vodou dans la préfecture des Lacs au point qu’aujourd’hui la communauté Guin est divisée.

De retour de sa concertation avec les deux Chefs traditionnels de renoms qui l’avaient entouré au cours de cette rencontre de clarification, le Ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, Payadowa Boukpessi appuyé par Togbui Agokoli et Togbui Djidjolé ont décidé le retrait du tire « Grand Prêtre de la Forêt Sacrée de Glidji Kpodji » à Nii Mantchè . Ces autorités politiques et traditionnelles lui conservent ses prérogatives du n°1 sur la Forêt Sacrée de Glidji Kpodji(Gbatchomé).

La suspension étant levée, le Prêtre Nii Mantchè retrouve sa place parmi les siens et va conduire comme à l’accoutumée ensembles avec les autres Prêtres impliqués dans la prise de la Pierre Sacrée de cette année pour l’édition 2016 prévue le 1er septembre prochain. Le Prêtre Nii Mantchè a fait la paix au terme de la rencontre avec tous les protagonistes de cette crise qui ne finit pas y compris la dame Paméla Koko Princesse en présence des autorités. Cette dame dont on parle dans les Lacs par qui le malheur de la prise controversée de la Pierre Sacrée de l’année dernière est arrivé.

Une chose est de se retrouver pour enterrer la hache de guerre mais une autre est d’être sincère envers soit même. Avoir l’amour du prochain est la chose la plus noble que le bon Dieu nous recommande. Que la duplicité cesse dans cette préfecture afin ! Il y a trop de mesquinerie dans ces milieux des Lacs où l’être humain est difficile à comprendre voire à craindre. Vivement que la providence divine veille sur tous et la fête traditionnelle « Epé Ekpé Zan » ou « Yêkê-Yêkê Zan » soit plus belle cette année !

Source : Togovisions

27Avril.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here